Benq W11000 : évolution ou révolution ?

Je vous l’avais promis, dans cette section consacrée à l’actualité home cinéma, je vous parlerai des produits les plus marquants. Ainsi, ce premier projecteur DLP 4K, a toute sa place dans cette rubrique.

benq-w11000

Le Benq W11000 utilise la toute nouvelle puce DLP 4K Ultra HD 0,66 pouces de Texas Instruments.

ti-dlp-4k

Avec ses 2716 x 1528 pixels (4,15 millions de pixels), cette puce possède nativement deux fois plus de pixels qu’une puce DLP Full HD classique (1920 x 1080 = 2,07 millions de pixels). Ensuite, pour atteindre une résolution Ultra HD, Texas Instruments utilise un procédé de simulation 4K, nommé XPR. Celui-ci consiste à faire basculer très rapidement et de manière répétitive, les 4,15 millions de micro-miroirs présents sur la puce. Ainsi, pour chaque image, un micro-miroir va donc afficher successivement deux pixels, donnant ainsi l’illusion d’une image Ultra HD native, selon Texas Instruments.

Chers lecteurs, je vous avoue que je ne crois pas en l’utilité de la simulation 4K, que ce soit la wobulation chez JVC ou chez Epson, ou que ce soit ce procédé XPR de Texas Instruments. En revanche, je trouve très intéressante cette puce 2,7 K* native et ses 4,15 millions de pixels. En effet, le doublement du nombre de pixels par rapport à une puce DLP Full HD, ainsi que l’excellente réputation des projecteurs DLP en termes de piqué, devraient suffire pour se hisser au niveau des projecteurs à matrices 4K natives, voire à les dépasser. Et, il semblerait que cela soit confirmé par les premiers observateurs de ce tout nouveau Benq W11000, qui parlent d’une netteté jamais vue pour un projecteur home cinéma ! Il faut dire aussi que la qualité d’optique de ce projecteur, vantée par Benq, doit jouer un rôle très important dans cette sensation de piqué et de netteté inédits.

image-benq-w11000

 

optique-benq-w11000

Outre un piqué hors du commun, ce Benq W11000 présente d’autres particularités intéressantes, comme un lens-shift d’une bonne amplitude (+/- 65 % en vertical et +/- 27 % à l’horizontal), un rapport de projection compris entre 1,37 et 2,36, permettant un placement relativement aisé, et une forte luminosité avec un flux lumineux maximum de 2200 lumen.

Mais le tableau n’est pas aussi idyllique car le Benq W11000 semblerait souffrir d’un contraste séquentiel assez moyen. Ce point n’est pas à négliger car le contraste et la profondeur des noirs sont tout aussi importants que le piqué, voire plus, dans la perception d’une image. Outre ce point négatif, il est à noter que le Benq w11000 ne dispose pas d’un dispositif d’interpolation d’image.

Le Benq W11000 devrait être commercialisé au mois de novembre 2016 au prix public indicatif de 5990 €.

 

*  2716 pixels pour chaque ligne horizontale équivaut à une résolution 2,7 K. Dans le cas de 4096 pixels pour chaque ligne horizontale, on parle alors de résolution 4 K (1 K = 1000).

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo

Site web : ht-consulting.pro

2 pensées sur “Benq W11000 : évolution ou révolution ?

  • 10 novembre 2016 à 14 h 41 min
    Permalink

    Evolution ou révolution finalement ?

    je sais toujours pas quoi me prendre pour noél 2016 😡

    merci pour le test ^^

    • 10 novembre 2016 à 19 h 55 min
      Permalink

      Bonjour,

      Pour que ce soit une révolution, il aurait fallu qu’il fasse de bien meilleurs noirs !

      Cdt

      Hervé

Laisser un commentaire