Comment faire durer la lampe d’un vidéoprojecteur ?

Introduction

La durée de vie d’une lampe dépend essentiellement de deux paramètres : le nombre d’heures d’utilisation et le nombre d’allumages/extinctions. D’ailleurs, c’est sur ces deux paramètres que se basent les constructeurs pour déterminer la durée de vie moyenne de leurs lampes.

Il va donc falloir faire attention autant au nombre d’allumages/extinctions qu’au nombre d’heures de fonctionnement pour préserver la longévité d’une lampe.

 

Les principes à respecter

Voici une liste de précautions pour préserver la longévité d’une lampe :

  1. Privilégier les longues séances de visionnage : au moins une heure, mais l’idéal serait de dépasser systématiquement 2h00, voire 2h30.
  2. Ne pas éteindre son projecteur pour moins d’une heure.
  3. Eviter si possible les coupures d’électricité, le pire étant les micro-coupures.
  4. Eviter les vibrations et les chocs pendant le fonctionnement et pendant la phase de refroidissement de la lampe.
  5. Lors de l’extinction, laisser les ventilateurs refroidir la lampe et ne pas couper prématurément l’alimentation électrique.
  6. Ne pas rallumer un vidéoprojecteur immédiatement après son extinction. Dans l’idéal, il faudrait attendre au moins une heure.

Evidemment ces précautions représentent ce qu’il faudrait faire dans l’idéal, et rares sont ceux qui les respectent à la lettre. Ce n’est donc pas si grave si vous n’êtes pas hyper scrupuleux, à condition de ne pas trop s’éloigner de toutes ces recommandations. Mais si vous les respectez, vous avez plus de chances que votre lampe atteigne la durée de vie estimée par le constructeur.

 

Le prix des lampes

Le temps où les lampes étaient hors de prix, dépassant parfois largement les 300 €, est bel et bien révolu. Leur prix a beaucoup baissé, et quand on change seulement l’ampoule et pas la lampe complète, on en a souvent pour moins de 200 €.

 

Ampoule seule sans son châssis

 

Il ne faut donc pas trop s’inquiéter si on ne respecte pas scrupuleusement les précautions listées précédemment car une lampe n’est pas si fragile que ça, et il est rare qu’elle n’atteigne pas au moins 2000 heures de fonctionnement. Le prix de revient ramené au mois est donc assez ridicule, même pour les très gros utilisateurs.

 

Quand doit-on changer la lampe ?

Au fur et à mesure que l’ampoule vieillit, sa luminosité baisse progressivement. On s’y habitue sans vraiment s’en rendre compte, mais certains signes d’usure ne trompent pas : le « flickering » (papillonnement très rapide de la luminosité) ou une baisse significative de la luminosité.

Il existe deux stratégies pour savoir à quel moment changer de lampe. Soit on attend patiemment qu’elle arrive en fin de vie, au risque d’avoir une luminosité anémique sur la fin, ou pire qu’elle éclate à l’intérieur du vidéoprojecteur, ce qui peut engendrer des dégâts. Soit on la change lorsqu’elle atteint la moitié de sa durée de vie estimée. C’est cette deuxième solution que je recommande, afin d’éviter certains désagréments, mais aussi pour toujours bénéficier d’une luminosité suffisante.

 

Un onduleur est-il utile ?

Pour éviter que l’ampoule subisse les méfaits des coupures d’électricité, certaines personnes s’équipent d’un onduleur. Mais attention, il ne faut pas utiliser n’importe lequel. Il faut impérativement choisir un onduleur online double conversion, seul appareil véritablement capable de protéger votre lampe. Tous les autres onduleurs (offline ou ligne interactive), moins chers, sont à proscrire car ils sont contre-productifs ! Au lieu de protéger la lampe, ils vont l’abîmer encore davantage à chaque coupure d’électricité. Si vous en utiliser un, je vous recommande de l’enlever immédiatement !

Depuis toutes ces années que je fais de la vidéoprojection, j’ai dû subir une vingtaine de coupures d’électricité. Jamais une seule lampe n’a grillé suite à un tel incident. Certes, ce n’est pas l’idéal et ça a dû les faire vieillir prématurément, mais si ça vous arrive, ce n’est pas si grave, votre lampe devrait y survivre. Cela pose la question de la pertinence d’utiliser un onduleur. En fonction de sa puissance, il faudra compter entre 500 et 1000 € pour un onduleur online double conversion, soit le prix d’au moins trois ampoules. Donc, quand on fait le choix de ce type d’appareil, c’est bien plus pour la tranquillité que pour faire des économies sur les lampes !

En outre, un onduleur fait du bruit car il comporte des ventilateurs servant à évacuer la chaleur. Ce bruit va venir s’ajouter à celui du vidéoprojecteur, il faut en avoir conscience. Alors, utiliser un onduleur pour avoir l’esprit tranquille en cas de coupure d’électricité, pourquoi pas, mais à condition que ce soit un online double conversion, et de préférence placé dans un local technique.

 

Est-il plus économique d’utiliser un projecteur sans lampe traditionnelle ?

Inutile de tergiverser, à prestations équivalentes, un projecteur à éclairage LED ou laser coûte toujours beaucoup plus cher. Certes, ça représente l’avenir de la vidéoprojection, mais on n’achète pas ce type d’appareil pour faire des économies. Le seul intérêt de ces projecteurs sans lampe traditionnelle, est le confort d’utilisation qu’ils procurent, c’est-à-dire qu’on peut les utiliser comme une télé sans se poser de questions. Plus de soucis de lampe qui s’use, on allume et on éteint aussi fréquemment que l’on veut, ça apporte une liberté d’utilisation totale.

 

Si vous voulez discuter de cet article, je vous invite à le faire sur Cin&Son.

 

Vous avez apprécié cet article, faites un don pour soutenir Home Cinéma Tendances

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier, consultant / installateur home cinéma.

Site web : ht-consulting.pro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *