Des projecteurs de plus en plus lumineux : est-ce profitable ou problématique ?

 

Introduction

L’apparition de la 3D il y a quelques années a obligé les fabricants de vidéoprojecteurs à proposer des machines de plus en plus lumineuses. Actuellement, c’est le lancement du HDR qui justifie ce surcroit de luminosité. Mais cela est-il salutaire ou problématique pour les images 2D SDR ? C’est ce que nous allons voir au cours de cet article.

 

La luminosité en vidéoprojection

En fait, il ne faudrait pas parler de luminosité mais plutôt de luminance, c’est-à-dire la grandeur physique utilisée pour caractériser la luminosité d’une image. En vidéoprojection, la norme préconise une luminance de 48 cd/m² avec une tolérance de plus ou moins 10 cd/m², une valeur souvent largement dépassée avec les projecteurs home cinéma actuels. Certes, une luminance de 70 ou 80 cd/m² permet de gagner en impression de dynamique (voir l’explication ici), mais lorsque celle-ci dépasse 100 cd/m², cela apporte plus de méfaits que de bénéfices. En effet, une telle luminosité avec une image SDR peut être assez inconfortable à regarder. En outre, plus on augmente la luminance des pics lumineux et plus la résiduelle des noirs augmente en même temps. Par exemple, lorsqu’on double la luminance des pics lumineux, en passant de 48 à 100 cd/m², on double également la résiduelle des noirs !

Cette augmentation de luminosité pose surtout problème pour les projecteurs dépourvus d’iris fixe, car dans ce cas, il n’existe pas de moyens simples pour juguler cette dernière.

L’Epson EH-TW6700 en est l’exemple typique. Son flux lumineux en mode lampe éco dépasse 1700 lumens pour tous les modes usines, ce qui fait beaucoup pour un projecteur sans doute destiné aux petites bases. En effet, vu son faible prix de vente (prix public indicatif de 1349 €), on peut raisonnablement penser qu’il intéresse principalement des personnes disposant de moyens limités, utilisant souvent de petites bases entre 2 m et 2,50 m. Prenons le cas d’une base de 2 m et donc une surface de projection au format 16/9 de 2,24 m². La luminance sera donc de minimum 241 cd/m² ( Y = 1700 / (PI x 2,24) = 241 cd/m²), une folie quand on sait que la norme préconise 48 cd/m² !

 

Epson EH-TW6700

 

On pourrait émettre la même critique envers le Benq W11000, lui aussi dépourvu d’iris fixe, et pour lequel le flux lumineux dépasse 1000 lumens en mode lampe éco pour la majorité de ses modes usines, mais pour ce projecteur plus cher et destiné aux salles dédiés, on peut penser qu’il est plus fréquemment utilisé pour de grandes bases, ce qui relativise le problème.

 

Benq W11000

 

Quelles sont les solutions ?

Il en existe essentiellement deux.

La première consiste à utiliser un écran gris à gain négatif (gain inférieur à 1) qui va permettre de perdre un peu en luminosité et de regagner un peu de profondeur dans les noirs. Mais, en contre-partie, la 3D et le HDR seront moins démonstratifs.

La seconde consiste à utiliser un filtre gris neutre ND2 qui vient se placer devant l’objectif du projecteur. Un tel dispositif divise par 2 la luminance, ce qui est bénéfique pour les projecteurs beaucoup trop lumineux par rapport à la surface de projection. En outre, le filtre peut être ôté lors des projections en 3D ou en HDR, afin de regagner la luminosité nécessaire à ces applications. Et, dans le cas des projecteurs extrêmement lumineux, on peut même imaginer utiliser un filtre gris neutre ND4 qui divise par 4 la luminance.

 

Forte luminosité et lumière ambiante

Pour lutter contre la lumière ambiante, il est parfois conseillé d’avoir recours à un projecteur très lumineux. Mais si cette méthode permet de redonner un peu d’éclat à l’image, elle ne permet pas de retrouver de la profondeur dans les noirs, bien au contraire. Elle n’est donc pas adaptée au cas du home cinéma.

 

Conclusion

Pour les projecteurs dépourvus d’iris fixe, la « course aux lumens » est vraiment néfaste. Il vaut donc mieux en avoir conscience afin d’éviter certaines déconvenues ou un achat précipité.

 

Si vous voulez discuter de cet article, vous pouvez le faire sur Cin&Son.

 

 

Vous avez apprécié cet article, faites un don pour soutenir Home Cinéma Tendances

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier, consultant / installateur home cinéma.

Site web : ht-consulting.pro

Laisser un commentaire