Guide d’achat 2017 – Les meilleurs vidéoprojecteurs 4K et HDR en dessous de 10 000 €

 

Introduction

Vous trouverez dans ce guide pratique aussi bien des projecteurs à matrices 4K natives que des machines utilisant un dispositif de wobulation (simulation 4K). La raison en est simple, certes l’Ultra HD est une évolution intéressante, mais selon moi, la véritable dernière révolution dans l’univers de la vidéo grand public est beaucoup plus incarnée par le HDR. Il serait donc peu pertinent de s’en passer. Tous les projecteurs présentés dans ce guide seront donc à la fois compatible 4K mais aussi HDR.

Les projecteurs seront présentés par ordre croissant de prix. Cette liste n’est pas close définitivement, car quelques projecteurs vont encore faire leur apparition d’ici la fin d’année 2017. Je pense notamment au Vivitek HK2288, un DLP 4K, l’Optoma UHZ65, un autre DLP 4K mais doté d’un éclairage laser, et deux projecteurs Sony 4K natifs, dont un en dessous de la barre des 5000 €. Je ne manquerai pas de les inclure dans ce guide s’ils le méritent.

 

Mise à jour du 5 octobre 2017

Avec la récente commercialisation du Sony VPL-VW260ES et du Sony VPL-VW360ES, ce sont deux nouveaux projecteurs qui viennent prendre place dans ce guide d’achat.

 

Les absents

Il s’agit d’un guide rassemblant les meilleurs projecteurs 4K et HDR, et non pas d’une liste exhaustive. J’ai donc écarté toutes les machines incapables de délivrer des noirs profonds et en difficulté concernant le rendu HDR. Vous ne trouverez donc pas ni l’Epson EH-TW7300, ni les DLP 4K d’entrée de gamme, au contraste séquentiel plutôt faible, ni l’Acer V9800 ou le Benq W11000, deux projecteurs dont le niveau de noir des scènes sombres et mixtes est le point faible.

 

 

Epson EH-TW9300

Epson EH-TW9300

L’Epson EH-TW9300 (lisez son test ici, ainsi que son test en HDR) est un projecteur Full HD, à matrices LCD transmissives, compatible 4K par wobulation. Il est également compatible HDR et est doté d’un équipement complet, avec un objectif motorisé et un lens-shift de grande amplitude. Son prix public est de 3300 € pour la version noire, et de 3700 € pour la version blanche (Epson EH-TW9300W).

 

Le piqué

Malgré l’absence de matrices 4K natives, l’Epson EH-TW9300 possède un bon piqué grâce à une optique de qualité.

La fluidité

Elle est moyenne sans l’interpolation d’image, mais cette dernière n’apporte pas grand chose à cause de la présence de quelques artefacts de bougé. Ne nous le cachons pas, la fluidité n’est pas le point fort de ce projecteur. Toutefois, cela ne semble pas représenter un obstacle majeur pour beaucoup de consommateurs puisque l’Epson EH-TW9300 rencontre un vif succès commercial.

La profondeur des noirs

L’Epson EH-TW9300 est moyen dans ce domaine, avec un contraste séquentiel natif aux alentours de 5000:1, mais rien de catastrophique.

Le HDR

Voici le gros point fort de ce projecteur. Certes, le rendu HDR en sortie de carton est très perfectible, mais une fois qu’on a trouvé les bons réglages, l’Epson EH-TW9300 dispose d’un des plus beaux HDR du marché, en tout cas certainement le meilleur de ce guide, avec des pics lumineux puissants et un bel équilibre à l’image.

 

Mon avis

L’Epson EH-TW9300 n’est certes pas parfait, mais il est selon moi le meilleur rapport qualité/prix des projecteurs en dessous de 10 000 €. Il connaît un vif succès commercial, et ce n’est pas par hasard ! Si vous n’êtes pas trop exigeant sur la fluidité, l’Epson EH-TW9300 saura vous combler, que ce soit en Full HD ou en Ultra HD. Cerise sur le gâteau, et pas des moindres, son HDR est de tout premier plan, une fois bien réglé.

 

 

Optoma UHD65

L’Optoma UHD65 est un DLP 4K. Son équipement est un peu chiche et se limite essentiellement à une interpolation d’image qui peut être activée en Full HD et en Ultra HD. Son prix public est de 3500 €.

 

Le piqué

Malgré une qualité d’optique moyenne, l’Optoma UHD65 est le champion du piqué de ce guide ! Ainsi, il est un des rares projecteurs à passer sans embûche au test des mires Ultra HD.

La fluidité

Voici un autre point fort de ce projecteur, son interpolation d’image est excellente et apporte de la stabilité et de la précision aux images Ultra HD. Cela dit, certaines personnes pourraient trouver que ce dispositif donne un léger « effet caméscope » à l’image, mais rien de rédhibitoire pour la majorité d’entre-nous.

La profondeur des noirs

Ce n’est pas le point fort des projecteurs DLP et l’Optoma UHD65 ne déroge pas à la règle avec un contraste séquentiel inférieur à 1000:1. Mais, il dispose d’un dispositif de renforcement du contraste dynamique, le « Dynamic Black », qui est très efficace et qui permet de faire grimper le contraste au dessus de 3000:1, ce qui commence à être correct pour apprécier une image. Toutefois, ce n’est clairement pas le projecteur qu’il faut choisir lorsqu’on est attaché aux noirs abyssaux dans les scènes sombres.

Le HDR

L’Optoma UHD65 présente un beau HDR, exploitable en sortie de carton, ce qui est assez rare pour être souligné !

 

Mon avis

C’est un projecteur qui ne s’appréhende pas par les chiffres, ni sur le plan technique, mais par le plaisir et les émotions qu’il procure, tellement les scènes claires et mixtes sont d’une beauté et d’une précision remarquables. C’est un appareil qu’il faut voir avant achat, et s’il vous fait vibrer, alors laissez-vous tenter.

 

 

Sony VPL-VW320ES

Le Sony VPL-VW320ES est un projecteur 4K natif, à matrices LCD réflectives (SXRD). Il est compatible HDR et possède un équipement plutôt complet avec un objectif et un lens-shift motorisés. Son prix public a été revu à la baisse par Sony et avoisine les 4000 €.

 

Le piqué

Le piqué est bon grâce à ses matrices 4K natives, à condition de tomber sur un modèle avec de bonnes convergences. Toutefois, si la netteté est votre critère essentiel, il vaudrait mieux se tourner soit vers son grand frère, le Sony VPL-VW550ES, soit vers les DLP 4K.

La fluidité

La fluidité est le point fort de Sony et le VPL-VW320ES ne déroge pas à la règle, avec ou sans interpolation d’image. Toutefois, il est à noter que chez Sony (pour les projecteurs en dessous de 10 000 €) cette dernière n’est pas activable en Ultra HD.

La profondeur des noirs

Malgré l’absence d’iris, fixe ou dynamique, la profondeur des noirs est un point fort de ce projecteur avec un contraste séquentiel natif qui dépasse 10 000:1.

Le HDR

Le rendu HDR est excellent et il est obtenu dès la sortie de carton !

 

Mon avis

Le Sony VPL-VW320ES n’est le meilleur nulle part, mais il est bon partout ! Si vous souhaitez disposer d’un projecteur équilibré, qui saura être à l’aise aussi bien sur des images Full HD qu’Ultra HD, des scènes les plus sombres aux plus claires, en SDR ou en HDR, et cela à prix contenu, alors cette machine est faite pour vous. Peut-être est-ce le moment de profiter de sa baisse de prix ?

 

 

JVC DLA-X5500

Le JVC DLA-X5500 est un projecteur Full HD, à matrices LCD réflectives (D-ILA), compatible 4K par wobulation. Il est également compatible HDR et possède un équipement très complet avec, par exemple, un objectif et un lens-shift motorisés. Son prix public est de 4500 €.

 

Le piqué

Certes, le JVC DLA-X5500 ne possède pas de matrices 4K natives, mais son excellente optique lui permet de bénéficier d’un très bon piqué. Il y a mieux dans ce domaine, mais pour ceux qui ne misent pas tout sur le piqué, cette machine saura les satisfaire.

La fluidité

La fluidité est bonne, avec et sans l’interpolation d’image. Il est à noter que cette dernière est activable en Ultra HD.

La profondeur des noirs

C’est du JVC ! Donc des noirs abyssaux, inutile d’en dire plus.

Le HDR

Le HDR est très perfectible en sortie de carton, mais si on met les mains dans le cambouis, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde, cette machine est capable de sortir un excellent HDR.

 

Mon avis

Le JVC DLA-X5500 est un excellent projecteur avec beaucoup de qualités et de points forts, mais cela a un coût, et il est souvent reproché à cette marque des prix élevés, ce qui est aussi le cas de cette machine.

 

 

Sony VPL-VW260ES

 

Le Sony VPL-VW260ES est un projecteur 4K natif, à matrices LCD réflectives (SXRD). Il est compatible HDR et possède un équipement plutôt complet avec un objectif et un lens-shift motorisés. Son prix public est de 4999 €.

 

Le piqué

Pour cette nouvelle génération de projecteurs 4K, Sony a fait un réel effort sur le contrôle qualité. Ainsi, il semblerait qu’il soit improbable de tomber sur un exemplaire avec de mauvaises convergences ou avec une optique de qualité moyenne. Cela se retrouve sur le piqué, et celui du Sony VPL-VW260ES est tout à fait remarquable ! Ce constat fait quasiment l’unanimité de tous les observateurs.

La fluidité

La fluidité est le point fort de Sony et le VPL-VW260ES ne déroge pas à la règle, avec ou sans interpolation d’image. Toutefois, il est à noter que chez Sony (pour les projecteurs en dessous de 10 000 €) cette dernière n’est pas activable en Ultra HD.

La profondeur des noirs

Malgré l’absence d’iris, fixe ou dynamique, la profondeur des noirs est un point fort de ce projecteur avec un contraste séquentiel natif qui dépasse 10 000:1.

Le HDR

Le rendu HDR est excellent et il est obtenu dès la sortie de carton ! Toutefois, avec seulement 1500 lumens, il ne faudra pas espérer obtenir un HDR de qualité pour les bases d’écran dépassant les 3 mètres.

 

Mon avis

Le Sony VPL-VW260ES est la véritable sensation de la rentrée ! Il faut dire que c’est la première fois que le prix d’un projecteur 4K natif passe en dessous de la barre des 5000 €. En outre, le Sony VPL-VW260ES n’a pas raté le rendez-vous, car il a enthousiasmé tous les observateurs jusqu’à maintenant.

 

 

 

JVC DLA-X7500

 

 

Avec ce projecteur, on serait tenter de faire un « copier/coller » du JVC DLA-X5500, ce que je ne ferai pas car les deux machines présentes des différences en termes de performances, mais pour faire simple, le JVC DLA-X7500 est une version améliorée de son petit frère. Son prix public est de 6500 €.

 

Mon avis

Je n’ai pas grand chose à ajouter par rapport au JVC DLA-X5500, à part que cette machine fait partie des toutes meilleures de ce guide. Certes, elle est chère, mais il est quasiment impossible d’être déçu !

 

Sony VPL-VW360ES

 

Le Sony VPL-VW360ES est un projecteur 4K natif, à matrices LCD réflectives (SXRD). Il est compatible HDR et possède un équipement complet avec un objectif et un lens-shift motorisés, des mémoires de zoom, un iris fixe et dynamique. Son prix public est de 6999 €.

Il est inutile de répéter ce que j’ai déjà écrit pour le Sony VPL-VW260ES, car le Sony VPL-VW360ES est en tout point identique, sauf qu’il est mieux équipé en gagnant des mémoires de zoom, un iris fixe et dynamique, ainsi qu’un système de calibrage automatique.

 

Mon avis

L’image délivrée par le Sony VPL-VW360ES est en tout point comparable à celle du Sony VPL-VW260ES en ce qui concerne le piqué et la fluidité. Il n’y a que pour la profondeur des noirs qu’on arrive à gagner beaucoup grâce à l’iris dynamique, surtout que ce dispositif est très bien géré chez Sony. Est-ce que la différence de prix par rapport au Sony VPL-VW260ES se justifie ? Il appartiendra à chacun de répondre à cette question, mais il est certain que si vous ne comptez pas utiliser les équipements supplémentaires du Sony VPL-VW360ES, qui pourtant sont bien utiles, alors il vaut mieux se tourner vers le moins cher des deux.

 

 

 

Epson EH-LS10500

 

 

L’Epson EH-LS10500 est un projecteur Full HD, à matrices LCD réflectives, à éclairage laser et compatible 4K par wobulation. Il est également compatible HDR et possède un équipement très complet avec, par exemple, un objectif et un lens-shift motorisés. Son prix public est de 7349 €.

 

Le piqué

Je pourrais dire à peu près la même chose que pour les JVC DLA-X5500 et DLA-X7500, les matrices LCD ne sont pas 4K natives, mais l’excellente optique permet de bénéficier d’un bon piqué lorsqu’on a la chance de tomber sur une machine avec de bonnes convergences.

La fluidité

La fluidité est bonne, avec et sans l’interpolation d’image.

La profondeur des noirs

Ce n’est pas du JVC, mais les noirs sont profonds. Certains adorent l’extinction complète du laser pour les images complètement noires lorsqu’on active « l’iris dynamique ».

Le HDR

Le HDR est perfectible en sortie de carton, mais si on met les mains dans le cambouis, cette machine est capable de sortir un excellent HDR. Mais, contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’Epson EH-LS10500 n’est pas très lumineux, avec seulement 1500 lumens maximum, il ne faudra donc pas espérer des pics lumineux de folie.

 

Mon avis

Dans l’attente de la commercialisation de l’Optoma UHZ65, l’Epson EH-LS10500 est pour l’instant le seul projecteur laser de ce guide, ce qui n’est pas négligeable, vu le confort d’utilisation que ça procure. Mais cela a un coût, et les projecteurs laser sont toujours nettement plus chers que leurs concurrents à lampe traditionnelle, à qualités comparables, bien sûr.

L’Epson EH-LS10500 est un peu comme le Sony VPL-VW320ES : il est le meilleur nulle part, mais il est bon partout.

 

 

JVC DLA-X9500

 

 

Encore une fois, je vais être très bref sur ce projecteur qui est une version améliorée du JVC DLA-X7500, par une sélection rigoureuse de ses composants. Il en ressort des performances accrues, notamment en termes de contraste. Son prix public est de 9000 €.

 

Mon avis

Le JVC DLA-X9500 est une des toutes meilleures machines de ce guide, mais le consommateur a parfois du mal à comprendre son prix si proche de celui d’un Sony VPL-VW550ES, alors que ce dernier possède des matrices 4K natives, ce qui n’est pas le cas du JVC.

 

 

Sony VPL-VW550ES

Et voici le dernier projecteur de cette liste, mais certainement pas le moins bon : le Sony VPL-VW550ES. Il possède des matrices LCD réflectives (SXRD) 4K natives. Il est également compatible HDR et possède un équipement très complet. Son prix public est de 9 990 €.

 

Le piqué

Les projecteurs à matrices LCD 4K natives ne sont certainement pas ceux qui passent le mieux au petit test des mires Ultra HD, mais il n’en reste pas moins qu’ils délivrent une image très piquée pour peu qu’ils disposent de bonnes convergences. Pour ma part, en toute sincérité, en dehors des mires et une fois bien réglé, je n’ai jamais vu de différences de piqué entre ces projecteurs et les meilleurs DLP 4K.

Fluidité

La fluidité est bonne, avec et sans l’interpolation d’image, comme pour tous les projecteurs Sony. Il est à noter que cette dernière n’est pas activable en Ultra HD.

La profondeur des noirs

Contrairement aux idées reçues, les noirs ne sont pas loin d’être aussi profonds que ceux d’un JVC. Le contraste séquentiel tourne autour de 15 000:1 et grimpe beaucoup plus haut par activation de l’iris dynamique qui est totalement exploitable.

Le HDR

Le HDR est très bon dès la sortie de carton. Une des meilleures expérience HDR concernant les projecteurs à moins de 10 000 €. Les pics lumineux sont moins puissants que pour l’Epson EH-TW9300, mais les noirs sont plus profonds, à chacun de choisir selon ses goût et ses attentes.

 

Mon avis

C’est selon moi le meilleur projecteur en dessous de 10 000 €. C’est logique puisque c’est aussi le plus cher. Il rassemble beaucoup de qualités, comme des noirs profonds, une bonne fluidité, un bon piqué, etc. C’est assurément celui qui vous en donnera le plus ! Le choix de celui qui veut faire le moins de compromis possible.

 

 

Conclusion

Il y en a pour tous les goûts ! Vous voulez des noirs profonds, alors prenez un JVC. Vous voulez le meilleur piqué possible, alors dirigez-vous vers un DLP 4K. Vous voulez le HDR le plus convaincant, alors vous n’aurez pas d’autre choix que d’opter pour l’Epson EH-TW9300. Et, si vous désirez tout simplement le meilleur de tous, alors le Sony VPL-VW550ES est fait pour vous.

 

Si vous voulez discuter de cet article, je vous propose de le faire sur Cin&Son

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Intégrateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo et de matériel home cinéma toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro

 

Laisser un commentaire