Une erreur très répandue en vidéoprojection

Vu le coup de l’immobilier, très peu de gens possèdent une salle dédiée, la vidéoprojection home cinéma se déroule donc le plus souvent en pièce de vie. Mais cela n’est pas sans conséquences, dans un salon tout blanc, par exemple, la pollution lumineuse peut diviser par 10 le contraste ANSI. Cela se traduit par une image délavée, avec des couleurs ternes, un piqué en retrait et des noirs qui deviennent gris, comme nous pouvons le voir sur la photo ci-dessus. Et, contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’y a pas besoin de beaucoup de pollution lumineuse pour dégrader considérablement le contraste intra-image !

Dans cette situation, beaucoup de gens se rendent compte qu’il y a un problème, mais au lieu d’en éliminer la cause, c’est-à-dire la pollution lumineuse, ils ne prennent pas toujours la bonne décision. En effet, une erreur trop souvent répandue est de vouloir monter en gamme sur le projecteur, en choisissant un appareil plus contrasté, mais cela s’avère quasiment toujours décevant.

Il faut bien avoir conscience que la pollution lumineuse est l’ennemi numéro 1 de la vidéoprojection ! Mais qu’est-ce la pollution lumineuse, me direz-vous, chers lecteurs ? Eh bien celle-ci peut présenter deux aspects. Elle peut se matérialiser par une légère lumière ambiante, comme un léger éclairage dans la pièce (des LED par exemple), ou de la lumière qui passe à travers les interstices des volets, enfin bref, toutes lumières résiduelles en fait. Mais elle peut aussi résulter des réflexions de lumière sur les surfaces claires et réfléchissantes de la pièce, comme un plafond blanc par exemple. Plonger la pièce dans l’obscurité totale n’est donc pas suffisant, il faut aussi éliminer ses réflexions multiples de lumière.

Regardons sur la vidéo ci-dessous, réalisée par mes amis Anna et Florian de Projectiondream.com, qui montre l’impact que peut avoir la pollution lumineuse sur le contraste de l’image.

 

 

C’est impressionnant, non ?

Comme nous venons de le voir, pour éliminer la pollution lumineuse, vous pouvez employer la solution des rideaux noirs, comme Anna et Florian pour leur chambre d’amis, mais, vous en conviendrez, c’est difficile à intégrer dans un salon ! Il existe alors une autre solution, plus simple et moins impactante pour la décoration de la pièce, et adoptée par beaucoup d’entre-nous, c’est celle d’une toile grise « technique ». Pour en comprendre le fonctionnement, je vous propose de visionner la vidéo suivante, réalisée par Xtrem Screen, un fabricant français d’écrans de projection, spécialisé dans les toiles « techniques ».

 

 

Vous l’avez maintenant compris, en pièce de vie il ne sert à rien d’acheter des projecteurs toujours plus chers pour gagner quelques pouièmes de contraste, la première chose à faire est de combattre la pollution lumineuse !

 

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo

Site web : ht-consulting.pro

2 pensées sur “Une erreur très répandue en vidéoprojection

Laisser un commentaire