Test – Filtre ND 2 Hoya

Par | 2018-08-07T12:29:42+00:00 17 avril 2017|Tests|11 commentaires

 

Introduction

 

 

Je vous l’expliquais ici, à cause de la 3D et du HDR, les vidéoprojecteurs sont de plus en plus lumineux. Cela n’est pas sans conséquences négatives, en particulier en ce qui concerne la profondeur des noirs. Pour remédier à ce problème, certains sont tentés d’utiliser un filtre ND 2, aussi appelé filtre gris neutre, dont le rôle est alors de diviser par deux la luminance.

Mais, est-ce pertinent ? C’est ce que je vous propose de vérifier au cours de ce test.

 

 

Présentation

Qu’est-ce qu’un filtre ND 2 ?

En général, ce genre de filtre est utilisé en photographie pour réduire la luminosité, sans affecter les couleurs, lorsque celle-ci est trop intense.

On parle de filtre gris car c’est sa couleur, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, et le terme « neutre » signifie que les couleurs sont censées ne pas être modifiées. Quant au terme ND 2, « ND » signifie Neutral Density (densité neutre en français), et le chiffre 2 signifie que la luminance est divisée par 2.

 

 

 

Matériel utilisé

  • Un Epson EH-LS10000.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 mètres de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un colorimètre X-Rite i1 Display Pro profilé sur un spectrophotomètre X-Rite i1 Pro.

 

 

Luminance et contrastes

Luminance

Avant le placement du filtre, j’ai calibré le projecteur Epson EH-LS10000, avec des pics lumineux à 94 cd/m². Cette valeur n’a pas été choisi au hasard, car 94 divisé par 2 est égal à 47, soit une valeur de luminance très proche des 48 cd/m² préconisés par la norme SMPTE.

Après le placement du filtre, j’ai mesuré les pics lumineux à 44 cd/m². La luminance n’a donc pas été divisée par 2 mais par 2,1. Sur ce plan le filtre ND 2 Hoya ne tient donc pas complètement ses promesses, mais on en est quand même tout près !

Cette division par 2,1 de la luminance va présenter deux intérêts en vidéoprojection :

  1. Améliorer le confort de visionnage dans le cas des projecteurs trop lumineux (pics lumineux supérieurs à 100 cd/m²).
  2. Approfondir les noirs.

Concernant l’approfondissement des noirs, cela est très efficace. En effet, le filtre ND 2 divise par 2 la luminance de la résiduelle de noir. Les noirs deviennent donc deux fois plus profonds, ce qui est flagrant sur le plan visuel !

 

Contrastes

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, un filtre ND 2 n’a aucun effet sur les contrastes séquentiels et ANSI. En effet, un contraste est le résultat d’un rapport:

Contraste = luminance du blanc / luminance du noir

Si on divise par 2 à la fois le numérateur et le dénominateur d’un rapport, le résultat reste donc inchangé !

Mais cela n’a aucune importance puisque les deux objectifs cités dans le paragraphe précédent, à savoir l’amélioration du confort de visionnage et l’approfondissement des noirs, sont bien atteints.

 

 

Colorimétrie

Nous venons de voir les deux effets positifs engendrés par l’utilisation d’un filtre ND 2, mais existe t-il des effets négatifs, notamment sur la colorimétrie ?

Pour commencer, je signale que le placement du filtre n’a aucun effet sur les réglages « luminosité » et « contraste » du projecteur, les mires de clipping donnent le même résultat !

Ci-dessous, voici les données colorimétriques avant le placement du filtre.

Quelques chiffres à retenir : une température de couleur moyenne à 6519 K avec un écart DeltaE moyen de 3,7 ; un gamma moyen à 2,28.

Les couleurs sont relativement justes avec un écart DelatE moyen de 0,55.

 

Et maintenant, après le placement du filtre.

Quelques chiffres à retenir : Une température de couleur moyenne à 6637 K, soit 118 K en plus,  avec un écart DeltaE moyen qui est passé de 3,7 à 4,3. Le gamma moyen n’a quasiment pas changé en passant de 2,28 à 2,27. Ces écarts sont imperceptibles donc négligeables.

Les couleurs sont restées relativement justes avec un écart DelatE moyen qui est passé de 0,55 à 0,78. Sachant qu’une valeur inférieure à 3 est imperceptible par l’oeil, on peut donc considérer que l’impact du filtre sur les couleurs est négligeable.

 

Conclusion sur la colorimétrie

L’impact du filtre sur la colorimétrie existe, mais il reste suffisamment faible pour être négligé. En tout cas, sur le plan visuel, si la différence de luminance est frappante, il est quasiment impossible d’en voir une concernant les couleurs.

Sur le plan colorimétrique, le filtre ND 2 Hoya tient donc toutes ses promesses avec une bonne neutralité.

 

 

Piqué – Netteté

D’un point de vue théorique, le placement d’un filtre est censé faire diminuer le piqué en abaissant la MTF (fonction de transfert de modulation de la chaîne optique).

Mais, dans le cas de ce filtre ND 2, cela ne s’est pas retrouvé sur le plan visuel. Même avec le nez à 30 cm de l’écran, il m’a été impossible de voir une quelconque différence avec et sans filtre.

Quelques photos pour s’en convaincre.

Sans filtre

 

Avec filtre

 

 

Impressions subjectives

L’oeil aime la lumière, c’est incontestable. Alors, après le placement du filtre, j’ai tendance à trouver l’image un peu fade. Mais, après quelques minutes, une fois que j’en ai pris l’habitude, je trouve l’image vraiment bien équilibrée et j’apprécie l’approfondissement des noirs à sa juste valeur.

Après quelques essais infructueux de photos, pas très fidèles à la réalité, j’ai préféré m’abstenir, mais faites-moi confiance, l’apport du filtre sur le renforcement des noirs est flagrant, en particulier sur les bandes cinémascope.

Pour que vous vous rendiez mieux compte de l’effet d’un tel filtre, la photo ci-dessous, issue de Wikipedia à propos des filtres à densité neutre, est très parlante.

Filtre à densité neutre – Wikipedia

 

 

Conclusion

J’avoue avoir débuté ce test avec pas mal d’a priori négatifs, en pensant que ce genre de filtre allait dénaturer l’image et faire baisser son piqué. J’avais tort car lorsqu’on l’utilise à bon escient, c’est-à-dire avec un projecteur produisant des pics lumineux bien supérieurs à 100 cd/m², le filtre Hoya ND 2 n’a quasiment que des effets positifs.

Si à cela on ajoute qu’il ne coûte qu’une trentaine d’euros, ce serait bien dommage de s’en passer, surtout qu’on peut l’enlever à tout moment, notamment pour la 3D ou le HDR, ou lorsque la lampe a perdu suffisamment de luminosité au cours du temps. On tient donc là une solution simple et peu onéreuse pour tous ceux qui possèdent un projecteur sans iris fixe et beaucoup trop lumineux par rapport à la taille de leur écran.

 

 

Points forts

  • Le prix, seulement une trentaine d’euros.
  • L’efficacité sur l’approfondissement des noirs.
  • Aucune perte de piqué visible.
  • Dérive colorimétrique négligeable.

 

Points faibles

  • Aucun point faible lorsque ce filtre est utilisé à bon escient.

 

 

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo

Site web : ht-consulting.pro

11 commentaires

  1. Wolff 18 avril 2017 at 11 h 55 min

    Bonjour,

    ou peut-on acheter ce type de filtre et comment le fixer sur le projecteur (dans mon cas un epson 9300)

    Merci
    Cordialement

    • admin Hervé 18 avril 2017 at 13 h 47 min

      Ce genre de filtre est adapté aux projecteurs trop lumineux par rapport à la taille de l’écran, sans iris fixe et avec une résiduelle de noir trop élevée. Le TW9300 n’est pas du tout dans ce cas ! En outre, il a un cache objectif motorisé, donc il va être difficile de placer le filtre.

      L’application typique est plus pour les petits DLP, comme le Benq W2000 ou le Vivitek H1188, ou des Tri-LCD du type Epson TW6700 et TW6800. Mais dès qu’un projecteur commence à dépasser 2000 €, en général il délivre de bons noirs, et ce genre d’astuce est superflu.

      Si vous voulez renforcer les noirs du TW9300, il vaudrait mieux penser à une toile grise technique, mais ce n’est plus du tout le même prix.

      Mais, si toutefois vous voulez quand même acheter ce filtre, voilà un lien : https://www.missnumerique.com/accessoires-objectif-filtre-photo-fi-184-c-248_111.html

      Cdt

      Hervé

  2. Vanjib 19 avril 2017 at 16 h 52 min

    Bonjour,
    Merci pour cet excellent petit test, me voilà maintenant bien embarrassé , mon dilemme est le suivant : pour ma future salle semi-dédiée,avec murs et plafonds blancs,il vaut mieux partir sur une combinaison Epson tw6800 avec écran à gain négatif (screenline haut contraste) ou alors Epson tw6700 avec filtre Hoya et écran blanc (tjrs screenline) ? Peut-on aussi envisager le couple tw6700+Hoya+écran à gain négatif ? Pour le diamètre du filtre,il faut prendre lequel et comment le faire tenir ?Merci pour vos réponses​

    • admin Hervé 20 avril 2017 at 6 h 25 min

      Bonjour Vanjib,

      Merci pour le compliment.

      Vous avez vu dans mon test que le filtre Hoya ND 2 est neutre sur le plan colorimétrique. Les couleurs, la température de couleur et le gamma ne sont pas modifiés. Ce n’est absolument pas le cas d’une grise traditionnelle comme la ScreenLine 0.8 qui entraîne une dérive relativement importante sur tous ces paramètres. En outre, même avec un calibrage, on arrive pas à totalement rattraper cette dérive.
      Vous l’avez compris, je ne suis pas en faveur des toiles grises traditionnelles. Je leur préfère les toiles grises techniques qui sont beaucoup plus adaptées à la vidéoprojection en pièce de vie. J’explique cela dans cet article : http://homecinema-tendances.eu/les-toiles-de-projection-grises/
      Pour revenir à votre problème, l’idéal serait donc une toile grise technique. Et, si vous n’avez pas les moyens, un filtre Hoya ND 2 sera toujours largement préférable à une toile grise traditionnelle.

  3. Olivier 10 mai 2017 at 9 h 59 min

    Quelle taille de filtre faut-il pour un tw6700 ?

    (ca se place à l’interieur ou autour de l’objectif ? auriez vous des photos du filtre monté ?=

    Cordialement,

    • admin Hervé 10 mai 2017 at 14 h 15 min

      Lorsque j’avais testé l’Epson TW6800 (même optique que le TW6700), j’avais utilisé un filtre de diamètre 77 mm. Il me semble que je l’avais placé autour de l’objectif à l’aide de Patafix.

  4. oyéoyé 16 mai 2017 at 21 h 15 min

    Bonjour,

    Dans un salon avec un w1090, base de 2m lequel conseillez vous entre le ND 2 et ND 4 ?

    Cdt

    • admin Hervé 17 mai 2017 at 13 h 59 min

      Bonjour,

      Sans hésiter, un ND2. Le ND4 donnerait assez rapidement, avec l’usure de la lampe, une image trop fade.

      Attention, dans un salon l’image risque d’être très impactée par la pollution lumineuse !

  5. ZzReevons 31 juillet 2018 at 0 h 14 min

    Bonjour, pour ma part, j’ai cet effet connu : le « HOTSPOT » avec mon matériel (écran Movie Palace Premium 3D 270C + vidéo BENQ TH681),
    je me demande si en mettant un filtre de ce genre le problème pourrais être résolu? sachant qu’en jouant sur la luminosité et le contraste du video, rien ne change, le « point chaud » demeure. Quel est la solution sinon?

    • hervé Thiollier 1 août 2018 at 6 h 26 min

      Bonjour ZzReevons,

      J’ai déjà lu votre problème sur le forum HCFR. Eh oui, il s’agit bien d’un hotspot. Il n’y a rien à faire, à part changer d’écran. Ce n’est pas de chance, non seulement l’écran Lumene que vous avez choisi n’est pas doté d’une toile technique, mais en plus celle-ci présente de gros défauts.
      Pour être franc, vous manquez de bons conseils dans vos choix, car il y avait bien mieux à faire que d’acheter le Benq TH681 ou l’écran Lumene, mais là il est trop tard ! A l’avenir, n’hésitez pas à faire appel à moi, ça vous évitera quelques déboires.

      Bien à vous
      Hervé Thiollier

  6. ZzReevons 1 août 2018 at 13 h 42 min

    Merci pour vos précisions techniques, j’ai bénéficié d’une bonne occasion pour cet écran, le changer n’est pas dans mes projets mais je garde en tête vos bons conseils. Bonne journée

Laissez un commentaire