Guide d’achat – Bien choisir son vidéoprojecteur 4K laser

En marche vers la vidéoprojection 4K laser !

Vous rêvez depuis longtemps d’un vidéoprojecteur 4K laser ? Vous tombez à pic, car en ce début d’année 2018 l’offre commence à être vraiment intéressante, avec pas moins de six vidéoprojecteurs 4K laser, de 4000 € jusqu’à 65 000 €. En voici la liste, classés du moins cher jusqu’au plus cher : Acer VL7860 (4000 €), Optoma UHZ65 (5000 €), Epson EH-LS10500 (7349 €), Sony VPL-VW760 (15 000 €), JVC DLA-Z1 (35 000 €) et Sony VPL-VW5000ES (65 000 €).

S’ils sont tous basés sur la même technologie laser, à savoir des diodes laser bleu et une roue au phosphore, ces six projecteurs sont assez différents sur pas mal de points : luminosité, piqué, profondeur des noirs, équipement, technologie DLP ou matrices LCD réflectives, etc. Il est donc bien difficile de choisir lorsqu’on n’est pas un expert de la vidéoprojection ! Qu’à cela ne tienne, ce guide devrait vous permettre d’y voir un plus clair, en mettant en lumière les points forts et les faiblesses de chacun de ces projecteurs.

 

Acer VL7860

Technologie : DLP 4K

 

Prix : 4000 €

 

Présentation du produit

L’Acer VL7860 n’est pas à proprement parlé un projecteur 4K. En effet, il pourrait prétendre à cette appellation s’il disposait d’environ 8 millions de micro-miroirs alors qu’il n’en possède que la moitié, mais c’est le double par rapport à un projecteur Full HD ! Qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse, et malgré le fait que ce projecteur ne dispose pas d’une résolution 4K native, le résultat est bien là en termes de piqué. Ainsi, il partage avec l’Optoma UHZ65 (même base matérielle) la palme de la meilleure netteté ! Précision importante, ces deux projecteurs sont tous les deux des mono-DLP, ce qui leur donne un avantage certain par rapport aux autres machines de ce guide, dont le piqué va être très dépendant de la qualité de l’alignement de leurs trois matrices LCD.
L’Acer VL7860 peut être qualifié de lumineux avec un flux maximum de 3000 lumens.

 

Points forts

  • Le piqué.
  • La luminosité (3000 lumens).
  • La beauté du HDR.
  • Un fort contraste ANSI.
  • La discrétion de fonctionnement.
  • Interpolation d’image activable en 4K.
  • Son prix : le moins cher de la liste.

 

Points faibles

  • La pauvreté de l’équipement : pas d’objectif motorisé, pas de lens shift horizontal et un lens shift vertical de très faible amplitude.
  • Un placement difficile.
  • Effet d’arc-en-ciel gênant pour les plus sensibles.
  • Des noirs moins profonds par rapport aux projecteurs à matrices LCD réflectives.
  • Légers défauts d’image générés par le dispositif « Dynamic Black » : effets de pompage de la luminosité, blancs brûlés et dérives colorimétriques.
  • La faiblesse de couverture de l’espace DCI-P3.

 

Mon avis

J’avoue ne pas être très rassuré par cette marque. En effet, j’ai déjà possédé deux projecteurs Acer, un K750 puis un M550, qui présentaient tous les deux de bien belles qualités, mais aussi une certaine instabilité de leur firmware. Cela se traduisait par des bogues à répétition et un comportement parfois erratique. Est-ce différent avec le VL7860 ? L’avenir nous le dira, mais je constate que pour une fois la marque a été réactive puisqu’elle a commencé à corriger les bogues constatés par les premiers utilisateurs, par un retour en service technique.
Si on met de côté ces petits désagréments, l’Acer VL7860, tout comme l’Optoma UHZ65, est un projecteur qui délivre une image vraiment spectaculaire, avec une précision au scalpel et un éclat des scènes claires vraiment remarquable ! C’est une image « coup de poing », on se la prend en pleine figure et on a du mal à s’en remettre ! Mais cette machine n’est pas faite pour les puristes, car l’image est moins homogène que celle délivrée par les projecteurs Epson, Sony ou JVC. En effet, ces derniers proposent une image peut-être moins bluffante, mais totalement dépourvue de défauts majeurs.

 

Optoma UHZ65

 

 

Technologie : DLP 4K

 

Prix : 5000 €

 

Présentation du produit

J’aurais presque pu faire un copier-coller de la présentation de l’Acer VL7860 car l’Optoma UHZ65 présente la même base matérielle. Toutefois, l’Optoma UHZ65 possède quelques différences physiques comme une coque noire et un objectif centré, alors que l’Acer est blanc et dispose d’une optique décentrée. Mais les différences ne sont pas seulement physiques puisque l’Optoma est vendu 1000 € plus cher, ce qui permet sans doute à la marque de proposer une garantie (avec enlèvement sur site) de 3 ans, contre seulement 2 ans pour son concurrent Acer.

 

Points forts

  • Le piqué.
  • La luminosité (3000 lumens).
  • La beauté du HDR.
  • Un fort contraste ANSI.
  • La discrétion de fonctionnement.
  • Interpolation d’image activable en 4K.

 

Points faibles

  • La pauvreté de l’équipement : pas d’objectif motorisé, pas de lens shift horizontal et un lens shift vertical de très faible amplitude.
  • Un placement difficile.
  • Effet d’arc-en-ciel gênant pour les plus sensibles.
  • Des noirs moins profonds par rapport aux projecteurs à matrices LCD réflectives.
  • Légers défauts d’image générés par le dispositif « Dynamic Black » : effets de pompage de la luminosité, blancs brûlés et dérives colorimétriques.
  • La faiblesse de couverture de l’espace DCI-P3.

 

Mon avis

Je possède personnellement ce projecteur qui me satisfait complètement. Certes, il n’est pas parfait et je vois bien de temps en temps quelques défauts d’image générés par l’activation du « Dynamic Black », mais j’accepte de fermer les yeux sur ces petits défauts en regard de l’image sublime qu’il est capable de délivrer par ailleurs. L’Optoma UHZ65 est un peu le projecteur que j’ai toujours attendu, en tout cas c’est celui qui me fait le plus vibrer parmi toutes les machines que j’ai possédées en dix ans de vidéoprojection. Ce n’est pas rien !
Pour ma part, la question s’est évidement posée du choix entre l’Acer VL7860 et l’Optoma UHZ65. La plus grande stabilité du firmware des projecteurs Optoma en général et la garantie de 3 ans ont joué un rôle déterminant dans mon choix.

 

Epson EH-LS10500

Technologie : Matrices LCD réflectives Full HD – Simulation 4K

 

Prix : 7349 €

 

Présentation du produit

L’Epson EH-LS10500 est le seul véritable projecteur Full HD de cette liste. En effet, ces matrices ne disposent que d’environ 2 millions de pixels au lieu des 8 millions nécessaires pour l’Ultra HD. La compatibilité 4K est donc obtenu par wobulation. Autre particularité de cette machine, c’est la moins lumineuse des six, avec seulement 1500 lumens.

 

Points forts

  • La couverture à 100 % de l’espace DCI-P3, meilleure machine dans ce domaine parmi les six de ce guide.
  • Equipement complet : optique et lens shift motorisés, mémoires de zoom, etc.
  • Une image très homogène : pas de gros points forts, mais pas de grosses faiblesses.
  • Une image douce, très « cinéma ».
  • Bonne profondeur des noirs.
  • Bonne maîtrise du dispositif de contraste dynamique.

 

Points faibles

  • La luminosité : seulement 1500 lumens.
  • Un prix un peu trop élevé par rapport à l’Acer VL7860 et à l’Optoma UHZ65.
  • Un contraste ANSI inférieur à 300:1.
  • Interpolation d’image indisponible en 4K, le seul projecteur de ce guide dans ce cas.
  • Une image moins bluffante que celle des DLP 4K.

 

Mon avis

Je possède l’Epson EH-LS10000, qui est une machine quasi similaire à l’Epson EH-LS10500, mais sans la compatibilité HDR. J’en suis très satisfait, tout en reconnaissant que ses qualités sont très différentes de celles de l’Optoma UHZ65 que je possède également. Ce dernier est plus fait pour le grand public, avec une image qui en met « plein la vue ». C’est un peu différent avec les Epson EH-LS10000 et EH-LS10500, qui sont des machines plus sobres et qui délivrent une image plus équilibrée. C’est ce qui me fait penser que ces projecteurs sont plus faits pour les puristes, en particulier pour ceux qui recherchent une bonne couverture de l’espace DCI-P3.
Pour les plus exigeants, en particulier pour ceux qui souhaitent un placement facile, des noirs profonds et une image sans défauts majeurs, l’Epson EH-LS10500 demeure le seul choix possible en dessous de 10 000 €.

 

Sony VPL-VW760ES

Technologie : Matrices LCD réflectives 4K

 

Prix : 15 000 €

 

Présentation du produit

Le Sony VPL-VW760ES est le premier véritable projecteur 4K de ce guide, puisque les autres déjà passés en revue étaient basés sur une simulation 4K, alors que le Sony bénéficie de véritables matrices 4K . Son flux lumineux maximum est de 2000 lumens.

 

Points forts

  • Le piqué grâce à de véritables matrices 4K.
  • Equipement complet : optique et lens shift motorisés, mémoires de zoom, etc.
  • Une image très homogène.
  • Excellente profondeur des noirs.
  • Bonne maîtrise du dispositif de contraste dynamique.
  • Le projecteur à matrices 4K natives le moins cher de ce guide.
  • Une bonne couverture de l’espace DCI-P3, sans en atteindre toutefois la totalité.
  • Interpolation d’image disponible en 4K.

 

Points faibles

  • Une image moins « bluffante » que celle des DLP 4K.

 

Mon avis

Je commence à bien connaître cette machine pour l’avoir calibrée à plusieurs reprises. Le Sony VPL-VW760ES présente une très belle image, bien équilibrée et sans véritables défauts. C’est sans doute le choix de celui qui veut un projecteur laser, avec une vraie image 4K, sans concessions et sans se ruiner. Cela ne ferait-il pas du Sony VPL-VW760ES le meilleur rapport qualité/prix de ce guide ? Je vous laisse seuls juges, chers lecteurs.

 

JVC DLA-Z1

Technologie : Matrices LCD réflectives 4K

 

Prix : 35 000 €

 

Présentation du produit

Avec les Sony VPL-VW760ES et VPL-VW5000ES, le JVC DLA-Z1 fait partie des trois projecteurs à matrices 4K natives de ce guide. Son flux lumineux maximum est de 3000 lumens.

 

Points forts

  • Le piqué grâce à de véritables matrices 4K et à une excellente optique toute en verre.
  • Equipement complet : optique et lens shift motorisés, mémoires de zoom, etc.
  • Une image très homogène.
  • Bonne maîtrise du dispositif de contraste dynamique.
  • Une bonne couverture de l’espace DCI-P3, sans en atteindre toutefois la totalité.
  • Une forte luminosité avec 3 000 lumens.
  • Une interpolation d’image disponible en 4K.

 

Points faibles

  • Une image moins « bluffante » que celle des DLP 4K.
  • Son prix élevé par rapport au Sony VPL-VW760ES.
  • Des noirs indignes d’un JVC, avec un contraste séquentiel natif inférieur à 10 000:1.
  • Un contraste ANSI moyen (vers 300:1).

 

Mon avis

Le JVC DLA-Z1 est un projecteur qui présente de grosses qualités, avec une forte luminosité, un excellent piqué et une image bien équilibrée. Mais, malgré son prix plus de deux fois supérieur, il n’arrive pas à creuser un écart conséquent par rapport au Sony VPL-VW760ES. Certes, il est plus lumineux et son optique toute en verre lui confère un piqué supérieur, mais c’est quand même cher payé pour ces petits plus !

 

Sony VPL-VW5000ES

Technologie : Matrices LCD réflectives 4K

 

Prix : 65 000 €

 

Présentation du produit

Avec le Sony VPL-VW760ES et le JVC DLA-Z1, le Sony VPL-VW5000ES fait partie des trois projecteurs à matrices 4K natives de ce guide. Son flux lumineux maximum est de 5000 lumens.

 

Points forts

  • Le piqué grâce à de véritables matrices 4K et à une excellente optique toute en verre.
  • Equipement complet : optique et lens shift motorisés, mémoires de zoom, etc.
  • Une image très homogène.
  • Bonne maîtrise du dispositif de contraste dynamique.
  • Une bonne couverture de l’espace DCI-P3, sans en atteindre toutefois la totalité.
  • Des noirs profonds.
  • Une forte luminosité avec 5000 lumens.
  • Une interpolation d’image disponible en 4K.

 

Points faibles

  • Une image moins « bluffante » que celle des DLP 4K.
  • Son prix élevé : projecteur le plus cher de ce guide.
  • Un contraste ANSI moyen (vers 300:1).

 

Mon avis

Le Sony VPL-VW5000ES est sans doute le meilleur projecteur de ce guide, et même le meilleur projecteur home cinéma tout court. Et heureusement, vu son prix ! Donc, pour celui qui a des moyens conséquents, il n’y a pas de questions à se poser, le Sony VPL-VW5000ES est le projecteur qui offrira les meilleures prestations et le meilleur rendu global. En outre, il est le seul à être suffisamment lumineux afin d’autoriser un HDR convaincant sur des bases allant jusqu’à 4 mètres.

 

Conclusion

Le projecteur parfait n’existe pas et n’existera jamais, il est donc inutile de l’attendre ! Mais, les projecteurs 4K laser de ce guide, s’ils ne sont pas parfaits, ils ont au moins le mérite de préfigurer l’avenir de la vidéoprojection, car on peut raisonnablement penser que l’éclairage laser va progressivement remplacer les lampes UHP.
Parmi tous les projecteurs 4K laser de ce guide, deux tendances se dessinent :

  • Les DLP 4K, qui délivrent une image spectaculaire, mais pas dénuée de défauts. Ce sont les vidéoprojecteurs les moins chers dans cette catégorie, mais ils sont aussi les moins bien équipés et les plus difficiles à placer.
  • Les projecteurs à matrices LCD réflectives (Epson, Sony et JVC), qui proposent une image moins bluffante, mais plus équilibrée, avec des noirs plus profonds et sans défauts majeurs. Ils sont plus chers, mais bien mieux équipés et donc plus facile à placer.

Alors, lequel choisir ? Tout est une question de goûts et de budget. Il n’y a donc pas de réponse universelle à cette question, et c’est à chacun de définir le vidéoprojecteur qui correspondra le mieux à ses attentes.

 

Pour aller plus loin

 

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo et de matériel home cinéma toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro

Laisser un commentaire