Test Sony VPL-XW7000

SONY VPL-XW7000

Contexte

Après le test du Sony VPL-XW5000ES publié en septembre dernier, voici le tour du Sony VPL-XW7000 de passer au banc d’essai.

Pendant longtemps j’ai pesté contre les fabricants de projecteurs home cinéma qui ne proposaient pas de machines suffisamment lumineuses pour les écrans dépassant les 3 mètres de large. Il semblerait que mes plaintes aient été entendues puisque Sony nous propose un projecteur beaucoup plus lumineux qu’à l’habitude avec le Sony VPL-XW7000ES et ses 3200 lumens. Autre grief envers les fabricants : ne pas décliner les modèles haut de gamme en version blanche. Sur ce point le Sony VPL-XW7000ES nous délivre une autre belle surprise puisqu’il est disponible en blanc et en noir. Mais ce dernier tiendra-t-il les promesses entrevues sur le papier, notamment en termes de luminosité ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.

SONY VPL-XW7000 noir et blanc

Présentation du Sony VPL-XW7000

Le Sony VPL-XW7000ES est le milieu de gamme chez Sony. C’est un projecteur à matrices SXRD Ultra HD natives. Il est compatible HDR. Contrairement au Sony VPL-XW5000, disposant d’un objectif et d’un lens shift manuels, ceux du Sony VPL-XW7000ES sont entièrement motorisés.

La puissance du laser se règle de 0 à 100, mais attention, il ne s’agit pas d’un pourcentage puisqu’à 0 j’ai mesuré un flux lumineux à environ 42% de sa valeur maximale. Le Sony VPL-XW7000ES dispose d’un dispositif de contraste dynamique, pouvant être placé sur trois positions : désactivé, limité et maximum. Le fluidificateur de mouvement (Motionflow) est toujours présent. Il est activable en Full HD et en Ultra HD.

Le flux lumineux maximal est donné pour 3200 lumens.

Rapport de projection : 1.35 à 2.84

Amplitude du lens-shift :

  • Horizontale : +/- 36%
  • Verticale : +/- 85%

Le prix public du Sony VPL-XW7000ES est de 14 990 €. A titre de comparaison, son principal concurrent, le JVC DLA-NZ8, est positionné à 15 990 €.

Sony VPL-XW7000
test SONY VPL-XW7000ES

Tout nouvel objectif ACF (Advanced Crisp Focus)

test SONY VPL-XW7000ES

Processeur X1™ Ultimate, le haut de gamme pour projecteur

Matériel utilisé

  • Un Sony VPL-XW7000ES
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 m de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un écran Xtrem Screen Zero Frame UBC de 2 m de base avec la toile Daylight Reference 1.1 Gen2.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen Elite In-Ceiling de 2,90 m de base avec la toile Daylight 0.9.
  • Une box multimedia Zidoo X9S associée à une alimentation linéaire Keces Audio P3
  • Conditionneur de réseau électrique Keces Audio BP-1200
  • Un spectromètre CR-250RH et un colorimètre CR-100, tous les deux de marque Colorimetry Research.
  • Un générateur de mires Murideo Fresco Six-G

Bruit de fonctionnement

Attention, je n’ai pas effectué mes mesures dans la même pièce que d’habitude, alors il n’est pas très pertinent de faire des comparaisons. En revanche, j’ai effectué les mesures dans la même pièce que celle du test du Sony VPL-XW5000ES.

Bruit résiduel dans la pièce : 30.5 dB

Niveau sonore laser à 0 : 33.2 dB

Niveau sonore laser à 100 : 37.4 dB

Bien que beaucoup plus lumineux que le Sony VPL-XW5000ES, le Sony VPL-XW7000ES reste particulièrement silencieux, même pour le laser à 100. Certes, son bruit de fonctionnement est un peu plus fort que celui de son petit frère, mais le Sony VPL-XW7000ES réalise un véritable tour de force en produisant pas loin de 2500 lumens avec seulement 37.4 dB de niveau sonore. Je ne crois pas avoir déjà eu entre les mains un projecteur à la fois lumineux et silencieux à ce point.

Piqué – Netteté

Piqué - Netteté

Le Sony VPL-XW7000ES du test bénéficiait d’un piqué un peu supérieur à celui du Sony VPL-XW5000ES testé sur Home Cinéma Tendances. En outre, la netteté était uniforme sur l’ensemble de l’image.

Jugez-en par vous-même sur la photo ci-contre. Celle-ci a été réalisée avec la mire Ultra HD utilisée habituellement sur Home Cinéma Tendances. Il y a 9 lignes qui se rapprochent. Lorsqu’on arrive à distinguer celles-ci jusqu’au bout, cela signifie que le projecteur est capable de restituer une mire Ultra HD.

Fluidité

Le Motionflow est maintenant très bien maîtrisé par Sony, donc la fluidité est très bonne. Et pour ceux qui n’affectionnent pas ce dispositif, la fluidité reste très acceptable en le désactivant.

Luminosité

Voici les mesures effectuées après calibrage :

  • Laser à 0 : 1021 lumens
  • Laser à 100 : 2413 lumens

A titre de comparaison, le Sony VPL-XW7000ES délivre à peu près la même luminosité que l’Optoma UHZ65 testé il y a quelques années sur Home Cinéma Tendances, à savoir pas loin de 2500 lumens, mais le Sony ne boxe pas dans la même catégorie. En effet, concernant la profondeur des noirs, la maîtrise de la colorimétrie, le gamut, l’absence d’effet d’arc-en-ciel et la stabilité du firmware, le Sony VPL-XW7000ES nous plonge dans un autre monde : celui de l’excellence ! Il faut bien être conscient que la luminosité et la profondeur des noirs étant antagonistes en vidéoprojection, le Sony VPL-XW7000ES réalise donc un véritable exploit en étant performant dans les deux domaines.

Test-Sony-VPL-XW7000

Profondeur des noirs – Contrastes

Voici ci-dessous la valeur du contraste séquentiel (contraste on/off) mesuré après calibrage, contraste dynamique sur désactivé.

Contraste on-off natif

Contraste on-off natif

Certains se diront peut-être qu’un contraste séquentiel natif d’environ 9000:1 n’est pas exceptionnel, mais en fait ça l’est. En effet, il est incroyable d’associer autant de luminosité avec des noirs aussi profonds !

Et quand j’ai activé le contraste dynamique, que ce soit sur « limité » ou sur « maximum », le contraste on/off est devenu infini. Cela s’explique sûrement par le fait que le laser doit se couper lorsque ce dispositif est activé, tout comme c’était le cas avec les Epson LS10000 et LS10500 en leur temps.

Le HDR

Le HDR est bien géré, toutefois ce n’est pas automatique. Ce que j’entends par là, c’est qu’il faut effectuer plusieurs réglages en fonction des pics lumineux du contenu HDR (1000 nits, 2000 nits, 4000 nits et 10 000 nits). D’année en année la gestion du HDR progresse chez les fabricants de vidéoprojecteurs home cinéma, mais ce n’est pas encore idéal. Ainsi, chers lecteurs, si vous voulez une gestion quasi parfaite du HDR, rien ne pourra remplacer un processeur vidéo, comme le madVR Envy, par exemple.

La forte luminosité du Sony VPL-XW7000ES est un atout indéniable pour le rendu HDR, en particulier pour les écrans de grande taille.

Colorimétrie

Pour le Sony VPL-XW7000ES, je vais reprendre quasiment mot pour mot le paragraphe sur la colorimétrie du test du Sony VPL-XW5000ES. En effet, les deux machines sont quasiment identiques dans ce domaine.

 Le Sony VPL-XW7000ES se calibre sans aucun problème, pour un résultat très satisfaisant. Ce dernier est meilleur en sortie de carton que la génération des Sony VPL-VW290, VPL-VW590 et VPL-VW790, en particulier concernant le HDR, mais un calibrage s’avère toutefois fortement recommandé. Cela est d’autant plus vrai que pour un projecteur laser, un seul calibrage est nécessaire durant toute la durée de vie de la machine. Il serait donc dommage de ne pas le faire.

Le gamut du Sony VPL-XW7000ES couvre 90% de l’espace DCI-P3. C’est bien, mais j’attendais un peu mieux dans ce domaine pour une machine de ce prix. Cela dit, il ne faut pas vous faire peur, chers lecteurs, avec ce constat, car le Sony VPL-XW7000ES reste malgré tout un excellent projecteur, y compris dans le domaine de la colorimétrie.

La 3D

Une fois n’est pas coutume, je vais aborder la 3D. Il est vrai que cette dernière est un flop commercial retentissant. Du coup les fabricants de télévisions et de vidéoprojecteurs s’intéressent de moins en moins à ce procédé de diffusion d’images. En outre, les contenus 3D se font de plus en plus rares. Ce constat a conduit Sony à ne plus proposer la 3D sur ses projecteurs de dernière génération. C’est d’ailleurs le cas pour le Sony VPL-XW5000ES qui est incompatible. Quant au Sony VPL-XW7000ES, c’est légèrement différent. Certes, vous ne pourrez pas diffuser de la 3D sans faire l’acquisition d’un boîtier supplémentaire, mais ça reste possible. Ainsi, pour ce faire, vous devrez faire l’acquisition du boîtier XPAND AE125-RF-Pro (1500 €) et d’autant de paires de lunettes 3D RF que nécessaire, par exemple les XPAND X105-RF-X1.

L’avis du testeur, Hervé Thiollier.

J’avais déjà bien apprécié le Sony VPL-XW5000ES, malgré une profondeur des noirs perfectible, mais avec le Sony VPL-XW7000ES, on passe dans une autre dimension ! En effet, la capacité de ce dernier à délivrer des noirs profonds est bien supérieure à celle du Sony VPL-XW5000ES. Mais ce n’est pas tout, car la plus grande qualité du Sony VPL-XW7000ES est sa luminosité. Les largeurs d’image de 3 mètres et plus ne lui font pas peur, y compris en HDR. Ainsi, ce projecteur devient difficilement contournable pour ceux qui possèdent des écrans de grande taille.

Autre point sur lequel le Sony VPL-XW7000ES prend l’avantage par rapport au Sony VPL-XW5000ES : le piqué. J’ai en effet trouvé que le Sony VPL-XW7000ES allait plus loin sur ce point, sûrement grâce à une optique de meilleure qualité.

Je ressors de ce test totalement convaincu par ce projecteur, à tel point qu’il équipera bientôt mon showroom, sur un écran de 3.50 mètres de large. Ainsi, le Sony VPL-XW7000ES est selon moi la nouveauté la plus marquante de 2022 dans le marché de la vidéoprojection home cinéma. Un projecteur autant réussi, c’est suffisamment rare pour être souligné comme il se doit !

SONY VPL-XW7000ES
SONY VPL-XW7000ES
Voir le Sony VPL-XW7000ES sur la boutique en ligne

Conclusion

Pour ceux qui aiment la luminosité et qui dispose d’un écran de grande taille (3 mètres de large et plus), le Sony VPL-XW7000ES est (presque) incontournable.

Le Sony VPL-XW7000ES est une grande réussite. Qu’on se le dise !

J’ai aimé

  • Le piqué
  • La luminosité
  • La gestion du HDR, bien que pas automatique.
  • La discrétion de fonctionnement malgré une forte luminosité
  • Le gamut étendu
  • L’encombrement et surtout le poids en baisse par rapport aux générations précédentes
  • Une belle profondeur des noirs, en particulier lorsque le contraste dynamique est enclenché.

J’ai moins aimé

  • L’espace DCI-P3 n’est pas couvert à 100%, mais seulement à 90%.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis !

Abonnez-vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

ABONNEZ-VOUS
Herve-THIOLLIER

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Expert en cinéma privé – Calibreur vidéo – Revendeur de matériel audio et vidéo toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro