Les toiles grises en vidéoprojection

 

Introduction

Lorsqu’on utilise une toile grise en vidéoprojection, c’est principalement pour renforcer la profondeur des noirs. Mais il règne une grande confusion dans l’esprit du grand public car il existe plusieurs types de toiles grises, avec des particularités différentes. Alors, si vous avez du mal à choisir, cet article devrait vous aider.

 

 

Les toiles grises traditionnelles

Ce sont des toiles, en général en PVC, qui sont basées sur le principe de la diffusion de la lumière, c’est-à-dire que celle-ci est renvoyée dans toutes les directions, y compris vers le plafond, le sol et les murs latéraux, ce qui génère de la pollution lumineuse. Donc, à part pour la couleur, elles sont strictement identiques aux toiles blanches traditionnelles.

Ce sont des toiles à gain négatif, c’est-à-dire que leur gain est inférieur à 1. Cela a pour conséquence que les blancs sont moins éclatants que sur une toile blanche, donc ce qu’on gagne sur la profondeur des noirs grâce à la couleur grise, on le perd sur « l’éclat » de l’image. C’est la raison pour laquelle je ne recommande pas ce type de toile qui ne fait que déplacer le problème.

Parfois ces toiles sont qualifiées à « haut contraste », mais ce terme est mensonger car le contraste séquentiel reste le même. En effet, on perd autant de luminance sur les blancs que sur les noirs, donc cela n’a aucun effet sur le contraste séquentiel qui est le rapport entre la luminance des blancs (mire blanche à 100 IRE) et celle des noirs (mire noire à 0 IRE). Pour faire simple, une toile grise assombrit l’image, ce qui rend les noirs plus profonds, mais cela ne change rien au contraste !

Ci-dessous, vous pouvez voir en lumière de jour un échantillon de la toile grise traditionnelle Solar Grey de Screen Innovation, dont le gain est donnée à 0.85. La toile de fond est une toile blanche de référence, à savoir la Absolute Reference White 1.0 de Xtrem Screen.

Maintenant, le résultat en conditions de projection dans une pièce semi-dédiée disposant d’un bon traitement de la pollution lumineuse.

On voit bien la perte dans l’éclat des blancs, en revanche le gain dans la profondeur des noirs est imperceptible (il était un peu plus visible en vrai). En fait, pour avoir un mieux flagrant dans la profondeur des noirs, il faudrait une toile d’un gris bien plus foncé, comme avec la toile ScreenLine 0.8 (dont le gain est sans doute bien inférieur à 0.8 !), par exemple.

Autre idée reçue, quelques personnes mal informées pensent qu’une toile grise traditionnelle va totalement transfigurer l’image dans une pièce de vie au plafond blanc et aux murs clairs. Cela est totalement faux ! Ce type de toile ne possède pas de capacités de contrôle de lumière, donc elle ne peut pas réduire suffisamment la pollution lumineuse afin d’obtenir un contraste satisfaisant. Seules les toiles techniques disposent de ce pouvoir de contrôle de lumière.

Alors, on pourrait se poser la question : à quoi peuvent bien servir ces toiles ? Eh bien, dans un environnement où la lumière est contrôlée, comme dans une salle dédiée par exemple, on peut éventuellement se servir de ce type de toile grise pour renforcer les noirs lorsqu’on ne dispose pas d’un projecteur performant dans ce domaine. Mais en contrepartie il faut accepter d’avoir une image moins éclatante.

 

 

Les toiles grises techniques

Première différence de taille par rapport aux toiles grises traditionnelles, les toiles techniques possèdent des capacités de contrôle de lumière, c’est-à-dire qu’elles réduisent considérablement la pollution lumineuse.

Comme un dessin vaut mieux qu’un long discours, je vous propose d’essayer de comprendre ce phénomène au travers de la vidéo ci-dessous, réalisée par le fabricant français Xtrem Screen, spécialiste des toiles techniques, à propos de leurs toiles nommées « Daylight ».

 

Donc, contrairement aux toiles grises traditionnelles, les toiles grises techniques sont totalement adaptées à un usage en pièce de vie.

Autre avantage des toiles grises techniques, l’éclat de l’image est préservé. En effet, la luminosité est boostée par des paillettes métalliques afin de compenser la couleur grise de la toile. De cette façon, on peut même obtenir des toiles à gain positif, c’est-à-dire avec un gain qui peut être largement supérieur à 1. Mais attention, plus le gain est élevé et plus on s’expose à ce qui est parfois appelé « effet de paillettes », c’est-à-dire des points de brillance qui se voient dans les zones claires de l’image.

Ci-dessous, je vous propose une photo réalisée il y a quelques années lorsque j’avais effectué un petit comparatif entre une toile grise traditionnelle, la ScreenLine 0.8, et une toile grise technique, la Xtrem Screen Daylight Reference 1.1.

A gauche la Daylight Reference 1.1, et à droite la ScreenLine 0.8.

On voit bien sur la partie droite du visage de Tom Cruise une perte importante de l’éclat de l’image due au gain 0.8 de la toile ScreenLine.

 

Je vous le disais précédemment, avec une toile grise technique on peut obtenir un gain positif. C’est le cas ci-dessous de la toile Daylight 2.0 de Xtrem Screen, dont le gain est de 2.

En toile de fond la Daylight 2.0 et le petit rectangle est la toile blanche traditionnelle Absolute Reference White 1.0

On voit clairement l’effet du gain de la Daylight 2.0 avec ce côté plus éclatant de l’image tout en préservant des noirs plus profonds par rapport à la toile blanche Absolute Reference White 1.0.

Ci-dessous, vous pouvez voir l’effet d’une toile grise technique dans un environnement hostile à la vidéoprojection comme une pièce de vie, par exemple, face à une toile blanche traditionnelle. Ce visuel est un peu exagéré car il correspond au cas où la pollution lumineuse est très forte, mais il permet de se rendre compte de l’effet dévastateur de celle-ci sur une toile traditionnelle, qu’elle soit blanche ou grise !

 

 

Comparatif toiles grises traditionnelles vs toiles grises techniques

Toiles grises traditionnelles
Avantages
  • Le prix
  • Pas de points de brillance pour les toiles de qualité (Stewart, Screen Research, etc.)
  • Pas de hot spot
  • Angles de vision très larges
  • Des noirs aussi profonds qu’avec une toile grise technique dans un environnement où la lumière est contrôlée
Inconvénients
  • Perte de l’éclat de l’image
  • Dérive colorimétrique difficile à rattraper
  • Pas de propriétés de contrôle de lumière

 

Toiles grises techniques
Avantages
  • Eclat de l’image préservée pour les toiles à gain positif
  • Contrôle de lumière
  • Noirs profonds pour les toiles à gain négatif ou à gain proche de 1
  • Dérive colorimétrique faible pour les meilleures marques et qui peut être corrigée par calibrage
  • Résistance à la lumière ambiante grâce à la couleur grise et au contrôle de lumière
Inconvénients
  • Le prix
  • Hot spot possible mais très réduit pour les meilleures marques
  • Angles de vision réduits mais qui peuvent être limités pour les meilleures marques
  • Points de brillance (effets de paillettes) plus ou moins perceptibles en fonction du gain de la toile et de la marque
  • Placement compliqué du projecteur pour certaines toiles techniques « low cost » ou mal conçues

 

 

Conclusion

Une toile grise traditionnelle peut avoir un certain intérêt dans un environnement où la pollution lumineuse est faible, pour renforcer les noirs d’un projecteur limité dans ce domaine, mais c’est bien là son seul intérêt ! Avec ce type de toile, il ne faut donc pas espérer avoir les mêmes prestations qu’une toile technique de qualité, à moindre coûts, c’est totalement illusoire.

En pièce de vie et en l’absence d’un traitement efficace de la pollution lumineuse, il n’y a donc pas d’autre alternative qu’une toile grise technique. Mais, attention de faire un bon choix car toutes les toiles techniques ne se valent pas ! Les différences vont se situer dans la minimisation des inconvénients. Ainsi, pour une toile technique de qualité, les inconvénients vont être tellement réduits que le résultat satisfera le plus grand nombre. Il n’en est pas de même pour une toile technique « low cost » dont les inconvénients, voire les défauts, peuvent s’avérer totalement rédhibitoires pour la majorité d’entre-nous.

 

Vous avez apprécié cet article, faites un don pour soutenir Home Cinéma Tendances

 

Si vous avez des questions et si vous voulez discuter de cet article, je vous propose de le faire sur Cin&Son.

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier, consultant / installateur home cinéma.

Site web : ht-consulting.pro

Laisser un commentaire