Test – Epson EH-LS10000 en HDR

 

Introduction

 

 

L’Epson EH-LS10000 du test est mon exemplaire personnel, que j’utilise au quotidien et qui me comble, tellement il rassemble de qualités. Mais, en ce qui me concerne, le fait qu’il ne soit pas nativement compatible HDR était un point de frustration majeur. Qu’à cela ne tienne, j’ai développé une méthode, que j’ai appelé le calibrage HTC Edition, et qui permet de l’utiliser en HDR. Et, le moins qu’on puisse dire, est que le résultat est des plus convaincants ! C’est ce que je vous propose de voir au cours de ce test centré sur le HDR.

 

Matériel utilisé

  • Un Epson EH-LS10000.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 m de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un écran Xtrem Screen Zero Frame UBC de 2 m de base avec la toile Daylight Reference 1.1 Gen2.
  • Un lecteur de Blu-Ray Ultra HD Panasonic DMP-UB700.
  • Un colorimètre X-Rite i1 Display Pro profilé sur un spectrophotomètre X-Rite i1 Pro.

 

Espace de couleur utilisé

Le but de ce test est de comparer le SDR et le HDR, avec l’Epson EH-LS10000, mais comme il est préférable de comparer ce qui est comparable, j’ai décidé d’utiliser dans les deux cas le même espace de couleur, à savoir le Rec.2020.

Ce projecteur, doté d’un éclairage laser, je vous le rappelle, n’atteint pas la totalité de cet espace de couleur, mais en ce qui concerne mon exemplaire, il arrive à atteindre quasiment 96 % du DCI-P3. Cela pourrait paraître insuffisant, mais comparativement aux projecteurs à lampe traditionnelle, c’est nettement mieux, car ces derniers sont loin d’atteindre une telle performance !

 

Les espaces de couleur Rec.709, DCI-P3 et Rec.2020

 

J’ai donc calibré mon Epson EH-LS10000 en Rec.2020, avec un résultat visuel vraiment intéressant, que ce soit en SDR ou en HDR, mais je ne m’appesantirai pas plus sur le sujet puisque le but de ce test est plutôt de se focaliser sur le HDR.

 

Luminosité

Pour étendre l’espace de couleur avec l’Epson EH-LS10000, il faut sélectionner le mode usine « cinéma numérique » qui utilise un filtre coloré qui vient se placer dans le chemin de lumière. Cela a pour conséquence de réduire d’environ 50 % la luminance de l’image. Dans ces conditions, il est difficile d’obtenir des pics lumineux puissants, et il vaut donc mieux se limiter à de petites bases d’écran. 2,50 mètres me semble être un maximum, sur une toile de gain 1, si on désire obtenir un rendu HDR cohérent. En ce qui me concerne, je me suis limité à 2 mètres de base, ce qui m’a permis d’atteindre des pics lumineux de 92 nits (92 cd/m²), en mode haut de l’éclairage laser.

Le manque de luminosité est le seul bémol que je ferais pour l’Epson EH-LS10000, en tout cas en ce qui concerne le HDR, car cela limite l’éblouissement causé par les pics lumineux, que j’ai pu connaître avec d’autres projecteurs, avec des flammes ou le soleil, par exemple, ce qui donne un aspect très réaliste à l’image. Toutefois, la méthode que j’ai développée spécifiquement pour l’Epson EH-LS10000, permet d’obtenir une image HDR plus lumineuse que d’accoutumé, il demeure donc intéressant d’utiliser ce projecteur en HDR.

 

Impressions subjectives

Avertissement : Réaliser des photos fidèles à la réalité est quelque chose de très difficile à obtenir, en particulier en ce qui concerne le contraste, d’autant plus que je ne suis pas un photographe professionnel. Toutefois, j’ai fait de mon mieux pour que les photos se rapprochent le plus possible de ce que j’ai pu voir dans la réalité, afin de bien appréhender toutes les différences entre les rendus SDR et HDR.

Alors qu’on reproche habituellement au HDR une image trop sombre, y compris pour les projecteurs qui le gèrent bien, la méthode que j’ai développée permet d’obtenir une image claire, tout en conservant des noirs profonds. Du coup cela donne une impression de très forte dynamique, ce qui est bien le but recherché du HDR ! C’est tellement bluffant sur les photos ci-dessous qu’on dirait que j’ai interverti le SDR et le HDR, mais non, j’ai vérifié plusieurs fois, je ne me suis pas trompé. Mais, quand on fait un comparatif direct, ce n’est pas la différence de luminosité qui frappe le plus,  c’est le surcroît de contraste qu’apporte le HDR. Cela donne un effet 3D à l’image des plus appréciables !

Et pour les scènes sombres, les noirs sont vraiment très profonds, mais pas bouchés, ça reste très lisible. En fait, quel que soit la scène projetée, claire ou sombre, c’est magnifique, avec une sensation de contraste inconnue jusqu’alors avec l’Epson EH-LS10000. L’image est totalement sublimée, tout en conservant son réalisme, comme une impression d’être dans la vraie vie.

Pour tester ce HDR, j’ai utilisé six Blu-Ray Ultra HD : « Seul contre tous », « Seul sur Mars », « The Revenant », « Deadpool », « Au coeur de l’océan » et « L’odyssée de Pi ». Tous ces films m’ont donné la même impression d’une image magnifiée, hyper contrastée, mais qui conserve son naturel. Qu’est-ce que c’était beau ! J’ai complètement redécouvert mon vidéoprojecteur, je ne le pensais pas capable de délivrer une si belle image. Une véritable révélation !

 

Voici venu le moment de découvrir les photos, toutes prises en projetant sur la toile blanche Absolute Reference White 1.0 de Xtrem Screen, une toile au rendu très neutre, sans dérive colorimétrique et sans renforcement des noirs.

 

SDR

 

HDR

 

SDR

 

HDR

 

SDR

 

HDR

 

SDR

 

HDR

 

SDR

 

HDR

 

SDR

 

HDR

 

SDR

 

HDR

 

Il est bien difficile de se rendre compte, à partir de photos, du rendu réel, surtout que l’effet HDR ne peut pas vraiment se percevoir lorsque celles-ci sont visionnées en SDR, c’est logique, mais je vous assure que ce que j’ai vu était stupéfiant. J’en suis encore tout retourné au moment où j’écris ces lignes !

 

 

Conclusion

Utiliser l’Epson EH-LS10000 en HDR au cours de ce test fut une expérience totalement jouissive tellement l’image s’en trouva complètement sublimée. Jamais je n’avais vu ce projecteur produire une telle image, qui confinait quasiment à la perfection ! Je n’ai cessé de pousser des « oh », des « ouah » et toutes les exclamations que je vous laisse imaginer, tellement j’ai halluciné de ce que je voyais.

Il s’agissait bien là d’une des plus belles images HDR que j’ai pu voir en vidéoprojection, hormis celle produite par le Sony VPL-VW5000ES qui reste à ce jour un projecteur indépassable dans ce domaine.

 

 

Chers lecteurs, si vous voulez discuter de cet article, je vous propose de le faire sur Cin&Son.

Et, si vous êtes intéressés pour bénéficier du calibrage HTC Edition pour votre Epson EH-LS10000, contactez-moi sur mon site professionnel.

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo

Site web : ht-consulting.pro

 

4 pensées sur “Test – Epson EH-LS10000 en HDR

  • 28 juin 2017 à 10 h 15 min
    Permalink

    Salut Hervé,

    Je vois que tu t’éclates dans tes tests.
    Il ne me manque que la projection et une salle dédiée.
    #pasdebudget

    • 29 juin 2017 à 6 h 42 min
      Permalink

      Salut Samuel,

      Surtout ce qui m’éclate c’est de pouvoir me servir de mon LS10000 en HDR ! Et pour le TW9300, que je suis en train de tester, ça va encore beaucoup plus loin en HDR. Je suis super content d’avoir développé cette méthode exclusive que je vais essayer d’étendre à tous les projecteurs.
      En ce qui te concerne, je ne me fais pas de soucis, tu finiras par te faire cette fameuse salle dédiée. Et, pour le projecteur, le TW9300 est une piste intéressante.

  • 30 juin 2017 à 21 h 35 min
    Permalink

    Salut Hervé !

    Félicitation pour ton test c’est impressionnant… ça change quoi alors vs un projo qui est certifié HDR ? comme le LS10500 ? cette technique est aussi possible ?

    Sinon j’attends avec impatience ton test du UHD60, ce sera pour quand ? ^^

    A bientôt !

    • 1 juillet 2017 à 9 h 47 min
      Permalink

      Bonjour Sylvain,

      Merci pour le compliment.

      Je suis en train de tester cette méthode sur le TW9300, qui est compatible HDR mais qui ne le gère pas bien nativement. Le résultat dépasse largement celui du LS10000, ce qui me laisse penser que pour un projecteur compatible HDR cette méthode devrait optimiser le rendu. D’ailleurs, je projette de l’appliquer à tous les projecteurs qui ne gèrent pas bien le HDR.

      Pour le UHD60, il semblerait qu’Optoma prenne du retard, mais je ne désespère pas de le tester cet été.

Laisser un commentaire