Test – JVC DLA-X5900

 

JVC DLA-X5900, chef de file dans sa gamme de prix !

 

Le JVC DLA-X7900, testé en décembre 2017 sur Home Cinéma Tendances, m’avait donné une forte impression. Mais c’est aujourd’hui au tour de son petit frère, le JVC DLA-X5900, de passer au banc d’essai. Saura t-il se hisser à la même hauteur ? C’est ce que nous verrons au cours de ce test.

Une autre question est tout aussi pertinente : comment se situe le JVC DLA-X5900 par rapport à ses principaux concurrents, à savoir l’Epson EH-TW9300 ou l’Optoma UHD65 ? C’est également une question à laquelle je répondrai, en toute connaissance de cause puisque je connais bien ces deux autres projecteurs, soit pour les avoir testés sur Home Cinéma Tendances, soit pour les calibrer fréquemment.

 

Présentation

 

 

Le JVC DLA-X5900 est un projecteur à matrices LCD réflectives(D-ILA) Full HD, avec  simulation 4K (procédé e-shift de 5ème génération), compatible HDR et 3D. Côté équipement, il possède un objectif motorisé avec mémoires de zoom, un lens-shift motorisé de grande amplitude (±80% sur l’axe vertical et ±34% sur l’axe horizontal), un iris fixe et dynamique. Son flux lumineux maximum est de 1800 lumens.

 

Matériel utilisé

  • Un JVC DLA-X5900.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 m de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un écran Xtrem Screen Zero Frame UBC de 2 m de base avec la toile Daylight Reference 1.1 Gen2.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen Elite In-Ceiling de 2,90 m de base avec la toile Daylight 0.9.
  • Deux lecteurs de Blu-Ray Ultra HD : un Panasonic DMP-UB700 et un Oppo UDP-203EU
  • Un colorimètre X-Rite i1 Display Pro profilé sur un spectrophotomètre X-Rite i1 Pro.

 

Bruit de fonctionnement

Bruit résiduel dans la pièce : 32 dB.

Niveau sonore en lampe bas : 35 dB.

Niveau sonore en lampe haut : 41,5 dB.

Le JVC DLA-X5900 produit à peu près le même bruit que le JVC DLA-X7900, ce sont des projecteurs que l’on peut qualifier de très silencieux en mode lampe bas, mais d’assez bruyant en lampe haut. Toutefois, son niveau sonore (en mode lampe haut) reste dans la moyenne des projecteurs de même puissance lumineuse.

 

Piqué – Netteté

Sur ce point je ne vais pas être original car je vais reprendre le même texte que pour le test du JVC DLA-X7900, les deux projecteurs semblant très proches dans ce domaine.

Commençons par le positif, l’optique est de qualité. Ainsi, la netteté est bien uniforme, je n’ai constaté aucune aberration chromatique. En revanche, bien que les convergences des matrices soient bonnes, le piqué reste en retrait par rapport aux meilleurs projecteurs dans ce domaine. Par exemple, les mires UHD ne passent pas très bien.

Le piqué du JVC DLA-X5900 n’est pas mauvais, mais ceux pour qui ce critère est essentiel préféreront sans doute s’orienter vers des projecteurs à matrices 4K natives ou vers les petits DLP 4K.

Comme les autres projecteurs à matrices LCD, le JVC DLA-X5900 a besoin d’un traitement d’image pour accentuer la sensation de piqué. Mais attention, il faut avoir la main légère sur le renforcement de la netteté, sans quoi vous risquez de faire remonter du bruit vidéo. C’est le défaut des JVC de dernières générations, le traitement d’image intégré n’est pas très performant car il a tendance à faire apparaître du bruit vidéo. Ainsi, il vaut mieux faire appel à un traitement vidéo externe, comme celui d’un câble HDMI actif ou d’un lecteur BD, par exemple.

 

Fluidité

La fluidité est l’un des points forts de cette machine, en particulier pour son interpolation d’image disponible en full HD et en 4K. Il est à noter que cette nouvelle génération JVC ne souffre plus du « vertical banding » constaté auparavant, c’est une excellente nouvelle !

Le fait que l’interpolation d’image soit activable en 4K est un gros avantage, notamment par rapport aux projecteurs Sony 4K de moins de 10 000 € qui ne bénéficient pas de cette particularité.

Luminosité

Avec une lampe présentant un peu plus de 60 heures de fonctionnement, j’ai obtenu environ 1300 lumens en HDR, en mode haut de lampe.

Quant au SDR, j’ai mesuré environ 1000 lumens après calibrage en mode bas de la lampe, et un peu plus de 1200 lumens en mode haut.

 

Profondeur des noirs – Contrastes

Le contraste séquentiel natif après calibrage avoisine 13500:1, ce qui est excellent pour un projecteur de moins de 4000 €, c’est même le meilleur sur ce point dans cette gamme de prix ! A titre de comparaison, c’est une valeur du même ordre de grandeur que celui obtenu avec un Sony VPL-VW260ES, mais on est loin des 30000:1 et plus atteints avec le JVC DLA-X7900.

Concernant le contraste ANSI, comme pour tous les projecteurs JVC, il est assez moyen, avec une valeur dépassant un peu 200:1, là où les petits DLP 4K dépassent allègrement 500:1 ! Mais ce n’est pas si grave car cela peut être compensé par quelques astuces. En tout cas, une fois la machine optimisée, à aucun moment je n’ai ressenti un manque de contraste intra-image, bien au contraire, j’ai même souvent été subjugué par la beauté des images !

 

Le HDR

Que ce soit en SDR ou en HDR, le JVC DLA-X5900 n’est pas une machine qui se livre facilement. En effet, entre les premières images que j’ai vues en sortie de carton et celles obtenues après calibrage et optimisation dont j’ai le secret, l’écart était abyssal ! Mais après avoir appliqué les réglages qui permettent de sublimer cette machine, les images étaient de toute beauté, en particulier en HDR pour lequel j’ai été parfois bluffé.

Sur une toile blanche de gain 1 et de 2 mètres de base, j’ai mesuré des pics lumineux de 187 nits. C’est plus que correct puisqu’en général en HDR on recherche à obtenir des pics lumineux supérieurs à 100 nits.

 

Colorimétrie

Le JVC DLA-X5900 possède tous les outils pour réaliser un calibrage satisfaisant. Mais le plus remarquable est la couverture à 90 % de l’espace DCI-P3, comme vous pouvez le remarquer sur la figure ci-dessous. C’est très intéressant, car non seulement cela permet d’obtenir des couleurs bien saturées en HDR, mais même pour le SDR les couleurs sont plus éclatantes, ce qui donne une autre dimension à l’image. Pour ma part, j’adore cette caractéristique spécifique aux projecteurs JVC et je ne pense pas être le seul dans ce cas, car associé à un bon contraste l’effet obtenu est vraiment flatteur !

 

 

Impressions subjectives

 

 

 

Le moment est venu de répondre aux deux questions posées en préambule. Déjà, pour commencer, existe t-il une vraie différence entre les JVC DLA -X5900 et DLA-X7900 ? C’est une question qui revient souvent sur les forums, et sans plus attendre, je réponds clairement oui à cette question. Certes, les deux machines partagent beaucoup de qualités communes, mais le JVC DLA-X7900 propose des noirs plus profonds, de manière flagrante. Cela justifie t-il l’investissement supplémentaire de 2000 € ? A cette question je réponds aussi oui, car nous savons bien qu’un surcroît de noir coûte très cher en vidéoprojection, et nous connaissons tout ce que ça apporte à l’image. Toutefois, le JVC DLA-X5900 ne démérite pas, et quand on n’a pas le budget pour un JVC DLA-X7900, son petit frère est une alternative des plus convaincantes !

Autre question, comment le JVC DLA-X5900 s’en sort face à la concurrence ? Dans la tranche tarifaire comprise entre 3000 et 4000 €, c’est simple, le JVC DLA-X5900 s’impose comme le projecteur présentant l’image la plus homogène. Certes, l’Epson EH-TW9300 est plus lumineux, mais le JVC DLA-X5900 présente bien des avantages par rapport à ce premier, notamment une bien meilleure fluidité et des noirs plus profonds. Sur ce dernier point, il faut signaler que le JVC DLA-X5900 possède un contraste séquentiel natif quasiment trois fois supérieur à celui de l’Epson, et cela se voit de manière flagrante à l’image. Quant à son autre concurrent, l’Optoma UHD65, certes son image est plus piquée et plus éclatante grâce à un meilleur contraste ANSI, mais la profondeur des noirs du JVC fait toute la différence, en tout cas cela apporte une homogénéité que l’image de l’Optoma n’a pas. En outre, le JVC est beaucoup plus facile à placer grâce à un lens-shift de grande amplitude.

 

 

 

J’avoue avoir été un peu déçu au départ, lors des premières images visionnées en sortie de carton, notamment par le fait que le JVC DLA-X5900 présentait des noirs moins profonds que son grand frère, le JVC DLA-X7900. Cela dit, il faut relativiser ce constat, car ce dernier est un champion dans ce domaine. Mais cette petite déception a vite laissé place à de la satisfaction, voire à de l’émerveillement, tellement le JVC DLA-X5900 prend une autre dimension une fois son image optimisée ! Cette machine est un peu comme un cheval fougueux, il faut savoir l’apprivoiser, mais aussi savoir lui lâcher la bride, pour en tirer le meilleur. Ainsi, une fois qu’on a compris comment exploiter au mieux ce projecteur, l’image obtenue est tout simplement divine !

 

Conclusion

Lorsque l’on veut un équipement complet, une compatibilité 4K et HDR, ainsi qu’une image homogène et sans défauts majeurs, tout ça à moins de 4000 €, le JVC DLA-X5900 s’impose d’emblée comme le seul projecteur crédible ! Certes, cela n’en fait pas le projecteur parfait, mais à ce prix-là, on en a vraiment pour son argent.
Le JVC DLA-X5900 est la seule machine que je recommande quasiment sans réserves, à ceux qui voudraient disposer d’un projecteur moderne, sans dépenser des fortunes. Tout est dit !

 

Je remercie chaleureusement JVC France pour le prêt de ce projecteur.

 

J’ai aimé

  • L’espace de couleur élargi.
  • Le HDR.
  • L’excellente interpolation d’image, activable en 4K.
  • L’équipement complet et l’image la plus homogène à moins de 4000 €.

 

J’ai moins aimé

  • Le côté capricieux et la lenteur de la synchronisation HDMI.
  • La remontée de bruit vidéo dès qu’on pousse un peu trop le renforcement de la netteté.

 

 

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo et de matériel home cinéma toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro

 

 

 

Abonnez vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

Abonnez vous !

Laisser un commentaire