Test – Sony VPL-HW65ES

 

Sony VPL-HW65ES : Papy fait de la résistance !

Pourquoi tester un projecteur commercialisé depuis presque 3 ans ? Pourquoi tester une machine Full HD, non compatible 4K ou HDR ? Voici des questions qui pourraient faire douter de la pertinence de passer le Sony VPL-HW65ES au banc d’essai. Pourtant, au début de sa commercialisation, ce vidéoprojecteur avait été salué comme l’un des meilleurs sous la barre des 3000 €, pour ne pas dire le meilleur. Est-ce encore le cas aujourd’hui ? L’achat du Sony VPL-HW65ES vaut-il encore le coup aujourd’hui ? C’est à toutes ces questions que je vous propose de répondre au cours ce banc d’essai.

 

Présentation

 

 

Le Sony VPL-HW65ES est un projecteur à matrices LCD réflectives (SXRD) Full HD, compatible 3D. Côté équipement, il possède un lens-shift de grande amplitude (±71% sur l’axe vertical et ±25% sur l’axe horizontal), un iris fixe et dynamique. Son flux lumineux maximum est de 1800 lumens.

Son prix public indicatif est de 2790 €.

 

Matériel utilisé

  • Un Sony VPL-HW65ES.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 m de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un écran Xtrem Screen Zero Frame UBC de 2 m de base avec la toile Daylight Reference 1.1 Gen2.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen Elite In-Ceiling de 2,90 m de base avec la toile Daylight 0.9.
  • Deux lecteurs de Blu-Ray Ultra HD : un Panasonic DMP-UB700 et un Oppo UDP-203EU
  • Un colorimètre X-Rite i1 Display Pro profilé sur un spectrophotomètre X-Rite i1 Pro.

 

Bruit de fonctionnement

Bruit résiduel dans la pièce : 32 dB.

Niveau sonore en lampe bas : 33.9 dB.

Niveau sonore en lampe haut : 36.3 dB.

Le Sony VPL-HW65ES est un projecteur très silencieux, que ce soit en lampe basse ou haute. C’est l’un de ses points forts !

 

Piqué – Netteté

Le modèle que j’ai reçu en test avait une bonne optique et des matrices avec des convergences très correctes, ce qui se retrouve bien évidemment au niveau de la précision d’image. Bien sûr, comme pour tout projecteur à matrices LCD, le Sony VPL-HW65ES nécessite un dispositif de renforcement des détails pour améliorer la perception du piqué, c’est ce que fait admirablement le « Reality Creation ». Ce dernier peut être poussé assez fort sans faire apparaître d’artefacts gênants.

Très franchement, avec ce modèle Full HD, la précision d’image n’est vraiment pas très loin de celle d’un projecteur à matrices 4K natives, lorsqu’on visionne des images de film et non des mires. Il faut vraiment s’approcher d’assez près de l’écran ou disposer d’une image de plus de 3 mètres de large pour voir une différence flagrante. Pour ma part, sur un écran de 2 mètres de base et placé à 3 mètres de celui-ci, je n’ai ressenti aucune frustration en termes de piqué par rapport à ce que j’ai pu voir dans les mêmes conditions avec des projecteurs 4K natifs.

 

Fluidité

La réputation de Sony concernant la fluidité n’est plus à faire ! Le Sony VPL-HW65ES ne déroge pas à la règle. Ainsi, avec ou sans  « Motionflow », la fluidité est excellente. Certaines personnes n’aiment pas les dispositifs d’interpolation d’image, cela ne se discute pas car c’est vraiment une affaire de goûts, mais en tout cas le « Motionflow » de Sony en position basse est peut-être l’interpolation d’image la plus naturelle que je connaisse.

 

Luminosité

Avec une lampe avec environ 260 heures au compteur, voici les valeurs mesurées après calibrage :

  • En lampe bas : 522 lumens.
  • En lampe haute : 931 lumens.

 

Profondeur des noirs – Contrastes

J’ai mesuré le contraste séquentiel après calibrage dans deux cas :

  • iris dynamique désactivé : 5600:1
  • iris dynamique placé sur « max » : 13805:1

Avec 5600:1, le contraste séquentiel natif est donc plutôt bon pour un projecteur de moins de 3000 €. Mais, avec l’iris dynamique activé et en position « max », on atteint carrément des valeurs qu’on mesure plutôt avec des machines de plus de 3000 €, comme le JVC DLA-X5900 ou le Sony VPL-VW260ES. Certes, il ne s’agit pas tout à fait de la même chose puisque pour ces deux derniers il s’agit de leur contraste séquentiel natif, mais cela montre à quel point l’iris dynamique n’est pas qu’un artifice et possède un vrai impact sur la profondeur des noirs.

 

Le HDR

Pourquoi parler de HDR puisque le Sony VPL-HW65ES n’est pas compatible ? Eh bien c’est simple, tout simplement parce que j’ai développé une méthode pour obtenir un rendu HDR sur les projecteurs non compatibles. Et le moins que l’on puisse dire est que le résultat m’a épaté avec le Sony VPL-HW65ES ! Pourtant j’en ai vu des projecteurs, des plus chers, des 4K et des compatibles HDR, mais sur 2 mètres de base, le spectacle fut éblouissant ! Et même sur 3 mètres, certes les pics lumineux étaient moins puissants, mais le rendu HDR restait très correct.

Pour en jugez, je vous propose une série de trois photos. A chaque fois, la première a été réalisée avec le Blu-Ray, donc en SDR, et la seconde  avec l’Ultra HD Blu-Ray avec un rendu HDR selon ma méthode.

 

Version SDR avec le Blu-Ray ordinaire

 

Version « HDR simulé » avec l’Ultra HD Blu-Ray

 

Version SDR avec le Blu-Ray ordinaire

 

Version « HDR simulé » avec l’Ultra HD Blu-Ray

 

Version SDR avec le Blu-Ray ordinaire

 

Version « HDR simulé » avec l’Ultra HD Blu-Ray

 

Colorimétrie

Comme tous les projecteurs de la marque, le Sony VPL-HW65ES se calibre sans la moindre difficulté. En outre, la colorimétrie est relativement juste en sortie de carton en sélectionnant le mode « Référence ».

 

Impressions subjectives

J’avais vu fonctionner à plusieurs reprises le Sony VPL-HW65ES, ou son petit frère le VPL-HW45ES, mais avoir le projecteur chez soi, ce n’est jamais pareil. Eh bien, ce ne fut pas une surprise pour moi, le Sony VPL-HW65ES m’a vraiment épaté. A aucun moment je n’ai réussi à le prendre en défaut. Certes, il n’est pas parfait, mais pour son prix on en a vraiment pour son argent.

 

Ultra HD Blu-Ray de « Passengers » en version « HDR simulé »

 

Que ce soit pour des Blu-Ray ou des Ultra HD Blu-Ray, ou même pour des images de télévision, tout ce que j’ai visionné était magnifique !

 

Ultra HD Blu-Ray de « Passengers » en version « HDR simulé »

 

Ultra HD Blu-Ray de « Passengers » en version « HDR simulé »

 

Le Sony VPL-HW65ES face à la concurrence

Ce n’est pas compliqué, en dessous de la barre des 3000 €, le Sony VPL-HW65ES n’a qu’un seul véritable concurrent : l’Epson EH-TW9300. En effet, le prix public de ce dernier a été repositionné à 2799 €, ce qui le place quasiment au même prix que le Sony VPL-HW65ES.

Sur le plan de la qualité d’image, ces deux projecteurs se valent. L’Epson est plus lumineux, mais le Sony VPL-HW65ES est beaucoup plus fluide. Sur tous les autres aspects de l’image, la profondeur des noirs, le piqué, le contraste intra-image, ils font à peu près jeu égal.

Sur le plan personnel, j’aime beaucoup ces deux projecteurs, mais le manque de fluidité de l’Epson me gêne, si bien que si je devais choisir entre les deux, je prendrais sans hésiter le Sony. Bien sûr, le fait que j’arrive à avoir un rendu HDR sur le Sony VPL-HW65ES, à partir des Ultra HD Blu-Ray, joue un rôle déterminant dans cette préférence !

Pour terminer ce face-à-face, il est à noter que l’Epson dispose d’un objectif motorisé avec mémoires de zoom, alors que le Sony dispose seulement d’un objectif manuel.

Finalement, je ne suis pas loin de penser que son vrai concurrent est son petit frère le Sony VPL-HW45ES. Ce dernier est un peu moins bien équipé car il ne dispose pas d’iris, ni fixe ni dynamique. C’est la seule raison qui pourrait vous amener à choisir plutôt le VPL-HW65ES, car comme nous l’avons vu précédemment, l’iris dynamique permet de renforcer significativement la profondeur des noirs.

 

Conclusion

Ne tournons pas autour du pot, malgré ses trois ans d’âge, le Sony VPL-HW65ES n’est toujours pas dépassé et reste une valeur sûre pour ceux qui disposent d’un budget de moins de 3000 €. Ainsi, dans la tranche tarifaire comprise entre 2000 et 3000 €, il est le seul projecteur sans aucun véritable point faible.

 

 

Je remercie chaleureusement Sony France pour le prêt de ce projecteur.

 

J’ai aimé

  • Tout pour un projecteur de ce prix

 

J’ai moins aimé

  • Rien, car que peut-on attendre de plus d’un projecteur à moins de 3000 € ?

 

Pour discuter de ce banc d’essai, je vous invite à le faire sur le forum Cin&Son.

Si vous voulez disposer d’un rendu HDR sur votre projecteur non compatible, contactez HTC.

Cliquez ici pour avoir une offre de prix pour un Sony VPL-HW45ES ou un Sony VPL-HW65ES.

 

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur Oppo et de matériel home cinéma toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro

 

 

 

Abonnez vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

Abonnez vous !

4 pensées sur “Test – Sony VPL-HW65ES

  • 3 mai 2018 à 11 h 28 min
    Permalink

    Bonjour Hervé,

    On peut constater aussi un fort gain en définition/details sur les captures UHD comparé aux captures HD. Le projecteur étant natif HD, comment cela s’explique ?

    Merci,
    Gabriel

    • 5 mai 2018 à 9 h 23 min
      Permalink

      Bonjour Gabriel,

      Je vais être franc avec vous, je me suis rendu compte après coup (après publication) que je n’avais pas dû mettre le « Reality Creation » au même niveau dans les deux cas. Cela dit, sur un projecteur Full HD, un Ultra HD Blu-Ray paraîtra toujours plus piqué qu’un Blu-Ray ordinaire, donc je pense que les photos faites à partir du Ultra HD Blu-Ray profitent aussi de ça.
      Mais en faisant ces photos ce n’est pas la différence de piqué que je voulais montrer, mais plutôt le « peps » qu’apporte le HDR. Parce que je peux vous assurer qu’en vrai c’était encore bien plus flagrant que sur les photos. C’est simple, le rendu HDR que j’ai obtenu sur le Sony HW65 n’avait rien à envier à ce que j’ai pu voir sur d’autres projecteurs compatible HDR.

      Hervé

      • 6 mai 2018 à 1 h 08 min
        Permalink

        Merci pour votre franchise Hervé.
        Je possède un projecteur full HD (JVC re46 ou x35) et je me pose la question de l’intérêt de passer à un Blu Ray UHD avec un projecteur full HD. Il est donc bien réel et décelable sans mettre en pause l’image et coller son nez à l’écran pour chercher les différences ?

        Merci pour ces beaux tests que vous proposez. Je me réjouis d’y lire bientôt certainement votre analyse du nouvel Optoma UHD 51

        Merci et à bientôt,
        Gabriel

        • 7 mai 2018 à 7 h 39 min
          Permalink

          Les Ultra HD Blu-Ray ont de l’intérêt même sur votre JVC X35, y compris pour le piqué. Mais à condition de rester sur une base raisonnable, je dirais pas plus de 2.50 m.

          Je ne crois pas trop à la puce DLP 0.47″, donc avant de tester l’Optoma UHD51, je vais attendre les premiers retours.

Laisser un commentaire