Test – Sony VPL-VW570ES

Par |2018-12-14T11:38:14+01:0014 décembre 2018|Tests|0 commentaires

Test – Sony VPL-VW570ES

Contexte

Je n’ai pas découvert le Sony VPL-VW570ES à l’occasion de ce banc d’essai, puisque je l’avais déjà vu fonctionner fin septembre lors d’une démonstration publique dans les locaux de Xtrem Screen. En outre, je l’avais déjà calibré chez un client. Mais, recevoir le projecteur chez soi, en bénéficiant de tous ses repères habituels, n’est jamais pareil.

Y a-t-il des surprises, bonnes ou mauvaises, à attendre de ce Sony VPL-VW570ES ? Pas vraiment en fait, car, comme à son habitude, Sony a plus fait dans l’évolution que dans la révolution, mais il faut toutefois noter l’apparition du Motionflow en 4K, une caractéristique très attendue par bon nombre d’amateurs de la marque.

Mais, pour en savoir plus, je vous propose de rentrer tout de suite dans le vif du sujet, en commençant par une présentation de ce vidéoprojecteur.

Présentation du Sony VPL-VW570ES

Le Sony VPL-VW570ES, successeur du VPL-VW550ES, est un projecteur à matrices SXRD 4K natives. Côté équipement, il possède tout ce dont on est en droit d’attendre d’une machine haut de gamme, avec une interpolation d’image (le Motionflow), activable en Full HD et en UHD/4K, une optique entièrement motorisée avec mémoires de zoom, un iris fixe et un autre dynamique, la compatibilité 3D et HDR, et un dispositif de calibration automatique (que je n’ai pas testé).

Le flux lumineux maximum est donné pour 1800 lumens. Le Sony VPL-VW570ES dispose d’une focale que je qualifierais de standard, avec un rapport de projection qui peut aller de 1.38 jusqu’à 2.83.

Lens-shift : vertical +85% / -80% ; horizontal + ou – 31%.

Au rayon nouveautés, en dehors du Motionflow activable en 4K, les projecteurs 4K Sony sont désormais compatibles 18 Gbit/s. Mais la plus grande nouveauté est peut-être la baisse tarifaire de 2000 € par rapport au Sony VPL-VW550ES, puisque le Sony VPL-VW570ES se voit maintenant positionné à un prix public de 7999 €.

Matériel utilisé

  • Un Sony VPL-VW570ES.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 m de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un écran Xtrem Screen Zero Frame UBC de 2 m de base avec la toile Daylight Reference 1.1 Gen2.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen Elite In-Ceiling de 2,90 m de base avec la toile Daylight 0.9.
  • Deux lecteurs de Blu-Ray Ultra HD : un Panasonic DMP-UB700 et un Oppo UDP-203EU.
  • Une box multimedia Zidoo X9S.
  • Un colorimètre X-Rite i1 Display Pro.
  • Un spectromètre CR-250RH et un colorimètre CR-100, tous les deux de marque Colorimetry Research.

Bruit de fonctionnement

Bruit résiduel dans la pièce : 32 dB

Niveau sonore en lampe bas : 38 dB

Niveau sonore en lampe haut : 43.6 dB

Le Sony VPL-VW570ES est beaucoup plus silencieux qu’il n’y paraît ! En effet, la vitesse des ventilateurs est asservie par rapport à la luminosité de la scène projetée. Ce projecteur est donc très silencieux lors des scènes sombres, alors qu’il se fait un peu plus entendre lors des scènes plus claires. Il est à noter que ces mesures sont des valeurs maximales, obtenues en projetant une mire blanche (100 IRE).

Piqué – Netteté

Le projecteur que j’ai reçu ne disposait pas de convergences des matrices parfaites, ce qui s’est traduit par une précision d’image perfectible. Toutefois, il est à noter que la netteté était bien uniforme sur l’ensemble de la surface de l’image.

Concernant les mires Ultra HD utilisées habituellement sur Home Cinéma Tendances, comme vous pouvez le voir ci-dessous, chers lecteurs, j’ai déjà obtenu mieux, notamment avec d’autres projecteurs 4K Sony, mais ça restait acceptable. La sensation de piqué était malgré tout bonne sur des images de film. Toutefois, il est quasi certain que le Sony VPL-VW870ES doit faire beaucoup mieux, avec son optique tout en verre, je ne manquerai pas de le vérifier lors de son test.

Fluidité

Sur ce point le Sony VPL-VW570ES fait un sans-faute, que ce soit avec ou sans le Motionflow. Mais il est évident que ce dernier apporte beaucoup de stabilité aux images Ultra HD, pour ceux qui supportent ce dispositif.

Luminosité

Je ne vais pas vous cacher que la luminosité est un point de déception de ce banc d’essai ! En effet, avec une lampe à 15h lors de la réception du projecteur, celui-ci a péniblement dépassé 1200 lumens avec des couleurs justes. Voici le résultat de mes mesures :

  • Mode Référence en sortie de carton en lampe haut : 1263 lumens.
  • Mode Référence en sortie de carton en lampe bas : 739 lumens.

Certes, 800 lumens suffisent pour un écran de 3 mètres de base en SDR, mais pour le HDR ça va être compliqué sur les grandes bases (3 mètres et plus), à moins de faire appel à des toiles de gain supérieur à 1.

Film « The spacewalker »

Profondeur des noirs – Contrastes

Vous l’avez peut-être remarqué en lisant le descriptif du matériel utilisé, chers lecteurs, je suis maintenant équipé depuis quelques mois de nouvelles sondes, à savoir le spectromètre Colorimetry Research CR-250RH et le colorimètre CR-100 de la même marque. Ce dernier va notamment me permettre d’être beaucoup plus précis dans les basses lumières, gage de mesures de contraste séquentiel plus précises.

Voici ce que j’ai obtenu après calibration :

  • Contraste on/off natif : 10400 :1
  • Contraste on/off avec l’iris dynamique activé en position « limité » : 110000 :1

A titre de comparaison, j’ai effectué des mesures avec le colorimètre X-Rite I1 Display 3 (utilisé avant dans les tests) : contraste on/off natif = 12600 :1.

On est donc en présence de valeurs très bonnes, surtout avec l’iris dynamique activé, ce qui procure des noirs abyssaux !

Concernant le contraste ANSI, point fort des projecteurs DLP, mais aussi des Sony, le VPL-VW570ES ne déroge pas à la règle avec un contraste ANSI idéal (atteignable uniquement en salle dédiée quasi parfaite !) tendant vers 400:1. C’est vraiment très bon, le Sony VPL-VW570ES n’est donc vraiment pas loin des meilleurs DLP dans ce domaine !

Mais attention, à part si vous disposez d’une salle dédiée toute noire, du sol au plafond, ou si vous utilisez une toile technique (dans l’obscurité totale), il ne faut pas espérer que le contraste ANSI réel s’approche d’une telle valeur. Par exemple, dans ma salle semi-dédiée, très sombre, mais dont le mur face à l’écran est jaune (à 3.30 mètres de distance), le contraste ANSI chute à 115:1 sur toile blanche ! C’est dire à quel point la moindre surface plus ou moins claire dans la pièce nuit gravement au contraste intra-image. Qu’on se le dise !

Le HDR

Plus le temps passe et plus j’ai la sensation que le HDR est de mieux en mieux géré chez Sony. Cela n’a rien d’étonnant car on en est aux balbutiements du HDR, sachant que ce procédé n’est disponible que depuis un peu plus de deux ans en vidéo.

En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir en HDR avec ce projecteur, il faut dire que j’ai eu la sagesse de me limiter à 2 mètres de base.

Colorimétrie

Le SDR

En termes de colorimétrie, Sony jouit d’une excellente réputation dans ce domaine. J’ai donc voulu vérifier cela, en sortie de carton, avec le mode usine le plus réputé à ce sujet, celui nommé avec pertinence « Référence ».

Comme vous pouvez le voir sur ces photos, la justesse colorimétrique du mode Référence est relativement bonne en sortie de carton, avec un Delat E moyen de 3.73 concernant l’échelle de gris, et un Delta E moyen de 1.40 à propos des couleurs. C’est donc très bon, mais pas parfait, car cela peut être amélioré, notamment au sujet de l’échelle de gris dont la dérive colorimétrique est visible (Delta E moyen supérieur à 3). En outre, il faut avoir conscience que ces mesures ont été réalisées sur une toile blanche de qualité studio (Absolute Reference White 1.0), très neutre sur le plan colorimétrique, ce qui est rarement le cas pour la majorité des toiles blanches, et ce qui n’est jamais le cas pour les toiles grises techniques ! Une calibration professionnelle est donc justifiée, même pour ces projecteurs Sony, qui restent malgré tout les meilleurs dans ce domaine en sortie de carton.

Le HDR

Avec le HDR il convient de savoir rester modeste car les calibreurs n’arrivent pas aux mêmes performances qu’avec le SDR. Toutefois, il est possible d’arriver à un résultat satisfaisant, au moins sur le plan visuel.

Après calibration, la couverture de l’espace de couleur DCI n’est pas mal puisque 89% sont atteints.

La calibration des couleurs donne un résultat satisfaisant, puisque seul le vert ne peut être ajusté correctement.

En tout cas, sur le plan visuel, c’est très satisfaisant. Il n’y a que les projecteurs Sony et Epson qui me permettent d’arriver à un tel résultat en HDR.

Impressions subjectives

Il m’est difficile d’être à chaque fois enthousiaste avec les projecteurs Sony, car cette marque m’a tellement habitué à l’excellence que j’ai fini par trouver cela normal. Mais non, ce n’est ni banal, ni normal, c’est tout simplement un tour de force d’être en permanence au sommet !

Le Sony VPL-VW570ES ne déroge pas à la règle, il délivre une image de toute beauté, et surtout très équilibrée, c’est-à-dire sans défauts majeurs.

Les noirs sont profonds, l’image est piquée à souhait, notamment grâce au Reality Creation, l’excellent contraste ANSI donne un éclat à l’image très appréciable, et la justesse des couleurs est évidement le gros point fort de Sony.

Ce Sony VPL-VW570ES n’est pas parfait, par exemple j’aurais aimé disposer de plus de luminosité pour le HDR, mais il reste une valeur sûre car il ne souffre d’aucune faiblesse majeure.

Conclusion

En dessous de 8000 €, il est bien difficile, voire impossible, de trouver un projecteur délivrant une image plus homogène que celle du Sony VPL-VW570ES ! Tout est là : des noirs profonds, une excellente colorimétrie, un bon piqué, une fluidité irréprochable, et un contraste intra-image toujours aussi bon pour une machine à matrices LCD.

Fidèle à sa tradition, Sony n’a pas entamé de révolution avec ce VPL-VW570ES, mais a misé sur quelques évolutions, dont les principales sont à mon sens le Motionflow en 4K et une baisse tarifaire conséquente par rapport à son prédécesseur.

J’ai aimé

  • Les noirs profonds
  • Le bon contraste intra-image
  • Le piqué malgré un exemplaire pas exempt de tout reproche
  • Le Motionflow en 4K
  • La colorimétrie exemplaire
  • L’homogénéité de l’image

J’ai moins aimé

  • Une luminosité insuffisante en HDR sur les grandes bases (3 mètres et plus)

Abonnez-vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

ABONNEZ-VOUS

Conclusion

En dessous de 8000 €, il est bien difficile, voire impossible, de trouver un projecteur délivrant une image plus homogène que celle du Sony VPL-VW570ES ! Tout est là : des noirs profonds, une excellente colorimétrie, un bon piqué, une fluidité irréprochable, et un contraste intra-image toujours aussi bon pour une machine à matrices LCD.

Fidèle à sa tradition, Sony n’a pas entamé de révolution avec ce VPL-VW570ES, mais a misé sur quelques évolutions, dont les principales sont à mon sens le Motionflow en 4K et une baisse tarifaire conséquente par rapport à son prédécesseur.

J’ai aimé

  • Les noirs profonds
  • Le bon contraste intra-image
  • Le piqué malgré un exemplaire pas exempt de tout reproche
  • Le Motionflow en 4K
  • La colorimétrie exemplaire
  • L’homogénéité de l’image

J’ai moins aimé

  • Une luminosité insuffisante en HDR sur les grandes bases (3 mètres et plus)

Abonnez-vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

ABONNEZ-VOUS

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Consultant / installateur home cinéma – Calibreur vidéo – Revendeur de matériel home cinéma toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro

Laissez un commentaire