Test Sony VPL-VW590ES

Une révolution en marche !

Contexte

Le Sony VPL-VW590ES est nouvellement commercialisé depuis septembre 2020. Ce vidéoprojecteur était assez attendu car il apporte une grande nouveauté chez Sony : le Dynamic HDR Enhancer. Il s’agit d’un procédé analysant chaque image afin d’optimiser le rendu HDR. Est-ce une réussite ? Le Sony VPL-VW590ES présente-t-il d’autres nouveautés remarquables ? Ce sont à toutes ces questions que je vous propose de répondre dans ce banc d’essai.

Présentation du SONY VPL-VW590ES

Le Sony VPL-VW590ES, successeur du Sony VPL-VW570ES (testé ici), est un projecteur à matrices SXRD 4K natives. Il est compatible HDR et 3D.

La puce de traitement de l’image a été changée, le Sony VPL-VW590ES utilise maintenant la puce X1 des téléviseurs Bravia, mais celle-ci a été adaptée à la vidéoprojection.

En termes d’équipement, le Sony VPL-VW590ES est doté d’un objectif motorisé, avec mémoires de zoom, d’un lens-shift, lui aussi motorisé, d’un iris fixe, d’un iris dynamique, d’un fluidificateur d’image (motionflow) disponible en Full HD et en 4K, et d’un traitement dynamique du HDR (Dynamic HDR Enhancer) dont je vous parlais précédemment.

Le flux lumineux maximal est donné pour 1800 lumens.

Amplitude du lens-shift :

  • Horizontale : +/- 31%
  • Verticale : +85% / -80%

Le prix public du Sony VPL-VW590ES est de 6999 €. Il est donc 1000 € moins cher que son prédécesseur, le Sony VPL-VW570ES, qui lui était positionné à 7999 €.

Matériel utilisé

  • Un SONY VPL-VW590ES
  • Un écran motorisé Xtrem Screen de 2 m de base avec la toile Absolute Reference White 1.0.
  • Un écran Xtrem Screen Zero Frame UBC de 2 m de base avec la toile Daylight Reference 1.1 Gen2.
  • Un écran motorisé Xtrem Screen Elite In-Ceiling de 2,90 m de base avec la toile Daylight 0.9.
  • Une box multimedia Zidoo X9S associée à une alimentation linéaire Keces Audio P3
  • Conditionneur de réseau électrique Keces Audio BP-1200
  • Un spectromètre CR-250RH et un colorimètre CR-100, tous les deux de marque Colorimetry Research.
  • Un générateur de mires Murideo Fresco Six-G

Bruit de fonctionnement

Bruit résiduel dans la pièce : 32 dB

Niveau sonore en lampe bas : 34.7 dB

Niveau sonore en lampe haut : 41 dB

Le Sony VPL-VW590ES est discret au niveau lampe bas, mais beaucoup plus audible en lampe haut, en rappelant au passage que le niveau sonore double tous les 3 dB.

Piqué – Netteté

Bien que le modèle de test reçu ne disposait pas de bonnes convergences des matrices, la netteté était correcte sur l’ensemble de l’écran.

Sur la mire Ultra HD utilisée habituellement sur Home Cinéma Tendances, on arrive à compter les 9 lignes se rapprochant jusqu’au bout, signe d’une bonne netteté (voir photos).

Le DFO, c’est-à-dire le Dynamic Focus Optimizer, fait son apparition sur le Sony VPL-VW590ES. Ce dispositif est un traitement numérique de l’image censé améliorer la netteté sur les bords de l’image. Pour ma part, j’ai trouvé qu’il n’apportait rien, à part quelques artefacts. Je vous recommande de ne pas l’utiliser.

Fluidité

Rien de nouveau à signaler concernant la fluidité, elle est toujours aussi bonne chez Sony, avec et sans motionflow.

Luminosité

Le Sony VPL-VW590ES est un peu plus lumineux que son prédécesseur. Les mesures ont été effectuées avec une lampe à 110 heures et le zoom au maximum.

Voici les mesures :

  • Mode référence en sortie de carton en mode bas : 773 lumens (739 lumens pour le Sony VPL-VW570ES, mais avec une lampe à 15h)
  • Mode référence en sortie de carton en mode haut : 1350 lumens (1263 lumens pour le Sony VPL-VW570ES, mais avec une lampe à 15h)

Le surcroît de luminosité par rapport à son prédécesseur est une bonne surprise !

Profondeur des noirs – Contrastes

Voici en photo les contrastes on/off obtenus.

Contraste on-off natif

Contraste on-off iris sur limité

La profondeur des noirs est très bonne, surtout après activation de l’iris dynamique. Elle est du même niveau que celle des JVC DLA-N5 et DLA-N7.

Le HDR

Inutile de vous faire attendre, chers lecteurs, le Dynamic HDR Enhancer est une réussite ! Mais à condition de savoir choisir les bons réglages, et surtout de faire calibrer votre Sony VPL-VW590ES, car ce dernier n’est pas très bon en sortie de carton. Et pour ne rien vous cacher, il est même assez mauvais sans calibrage en HDR. Sony ne nous avait pas habitué à cela !

Le Dynamic HDR Enhancer analyse chaque image et s’adapte à la position de l’iris dynamique. Il s’agit donc bien d’un traitement dynamique du HDR.

Illustration Dynamic HDR Enhancer

Dynamic HDR Enhancer

Mais, contrairement à JVC, Sony n’utilise pas les métadonnées dans la gestion dynamique du HDR. Cela implique qu’il faut réaliser deux calibrages, et qu’il faut connaître les pics lumineux maximum (1000 nits ou 4000 nits) pour chaque film HDR. Ce n’est pas si grave, mais ce n’est pas automatique, alors il vaut mieux le savoir.

Bien que perfectible, je trouve que ce Dynamic HDR Enhancer apporte un vrai plus au rendu de l’image. Si vous hésitez entre un Sony VPL-VW590ES et un Sony VPL-VW270ES (2000 € moins cher), la présence du Dynamic HDR Enhancer pour le premier représente un argument de poids !

Colorimétrie

Qui a dit que les projecteurs Sony avaient une bonne colorimétrie en sortie de carton ? C’est une idée (reçue) qui revient souvent sur les forums et les réseaux sociaux, mais en tant que calibreur professionnel je constate au quotidien qu’il n’en est rien.

Ce projecteur Sony VPL-VW590ES en est la parfaite illustration, avec une échelle de gris déséquilibrée, aussi bien en SDR qu’en HDR. Vous pouvez retrouver cela sur les photos ci-contre.

SDR Rec.709 – gamma et échelle de gris avant calibrage

SDR Rec.709 – Saturations avant calibrage

HDR10 – échelle de gris avant calibrage

Calibrage DCI

Ce calibrage n’est pas très orthodoxe car il est réalisé à partir de sources Rec.709, mais il plaît beaucoup car il sature encore davantage les couleurs déjà bien saturées au départ, sans perte de naturel.

Certes, le Sony VPL-VW590 ne couvre que 90% de l’espace DCI, mais il est très intéressant car le rouge est presque couvert à 100%. Cela est tout à fait remarquable car c’est habituellement une faiblesse de cette marque.

Couverture de l’espace DCI

Le résultat après calibrage est très satisfaisant. Cela donne la sensation d’un contraste intra-image renforcée, c’est très appréciable !

L’avis du testeur, Hervé Thiollier.

C’est rare de ressortir d’un test totalement emballé, eh bien c’est exactement l’effet provoqué par le Sony VPL-VW590ES ! Je n’ai eu quasiment que des bonnes surprises. Certes, la colorimétrie est perfectible en sortie de carton, mais un calibrage permet de parfaitement remédier à ce petit problème.

Je l’ai déjà dit, le Dynamic HDR Enhancer apporte considérablement à l’image. Et cela représente une petite révolution car depuis l’apparition du HDR en vidéo, il y a maintenant un peu plus de 4 ans, son exploitation en vidéoprojection a (trop) souvent été décevante. En effet, on a souvent reproché au HDR de délivrer une image globalement moins lumineuse qu’en SDR, cela fait maintenant partie du passé. Certes, le Dynamic HDR Enhancer n’atteint pas l’excellence du processeur vidéo madVR Envy, mais il faut souligner les progrès de la marque dans la gestion du HDR. Un palier vient d’être franchi !

L’image est globalement magnifique. L’implantation de la puce X1, issue des téléviseurs Bravia, est clairement une réussite. Le piqué est bon, les contrastes sont sublimes, j’ai parfois eu la sensation de voir un écran OLED.

Voir le SONY VPL-VW590ES sur la boutique en ligne

La vidéo du test du Sony VPL-VW590ES

Voir la vidéo sur YouTube

Conclusion

En vidéoprojection home cinéma les nouveautés se font rares ! Il convient donc de saluer comme il se doit la naissance d’un vidéoprojecteur remarquable (pour son prix), j’ai nommé le Sony VPL-VW590ES. Il est en effet difficile d’être déçu par une telle machine.

J’ai aimé

  • Une image bien homogène : un beau piqué, de bons contrastes et de belles couleurs
  • La gestion du HDR
  • Le prix en baisse (de 1000 €) par rapport à son prédécesseur

J’ai moins aimé

  • La non prise en charge des métadonnées HDR

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis !

Abonnez-vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

ABONNEZ-VOUS

Conclusion

Le Sony VPL-VW270ES est le choix de celui qui veut une vraie expérience 4K de qualité sans dépenser des fortunes. Il suffit d’utiliser ce projecteur dans de bonnes conditions, et on n’est jamais déçu !

J’ai aimé

  • La profondeur des noirs
  • L’homogénéité des images (pas de véritable point faible)
  • La fluidité
  • Le piqué

J’ai moins aimé

  • Un peu plus de luminosité n’aurait pas été superflue, notamment pour les écrans de plus de 3 mètres de base.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis !

Abonnez-vous à la lettre d’information. 

Recevez le meilleur de l’information home cinéma directement dans votre boîte mail toutes les deux semaines. Vous y trouverez les articles les plus récents (tests, guides, découvertes, etc.), les nouveautés de Home Cinéma Tendances ainsi que les tournées de calibrage prévues par Hervé Thiollier Consulting.

ABONNEZ-VOUS

Cet article a été rédigé par Hervé Thiollier – Expert en cinéma privé – Calibreur vidéo – Revendeur de matériel audio et vidéo toutes marques.

Site web : ht-consulting.pro